Rhônexpress : la Métropole de Lyon paiera la facture du coronavirus

La reprise en main de la navette entre la Part-Dieu et l’aéroport Saint-Exupéry par le Grand Lyon ne prendra effet qu’en novembre prochain. Pourtant, la collectivité passera quand même bien à la caisse pour compenser les pertes liées à l’arrêt du service pendant la crise sanitaire. Explications.

IMG_3735
La navette entre l’aéroport et la Part-Dieu est exploitée par une société contrôlée en partie par Vinci. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Souvenez-vous, c’était en février dernier. Le Covid-19 ne parlait à personne ou presque, et Gérard Collomb pensait encore redevenir le patron de la Métropole. Un sujet cristallisait alors l’opposition entre le maire de Lyon et son rival David Kimelfeld, président sortant du Grand Lyon : mettre prématurément fin, ou pas, au contrat passé par la collectivité avec la société Rhônexpress, qui exploite la navette ferrée entre la Part-Dieu et l’aéroport Saint-Exupéry.     

Épilogue le 21 février. Ce jour-là, réunis en conseil, les élus du

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Isabelle Jarjaille