Sans-papiers : un deuxième centre de rétention en chantier à Lyon, au bénéfice de Vinci

Pour un peu plus de 23 millions d’euros, l’État construit un nouveau centre de rétention administrative à Saint-Exupéry, dans le périmètre de l’aéroport. Il fera l’objet d’un loyer à Vinci Airports, exploitant de la plateforme privatisée en 2016.

NveauCRA-web
Illustration : Jean-Paul Van Der Elst.

Toc, toc… C’est l’ancien propriétaire qui frappe à la porte. Quatre ans après avoir cédé ses parts d’Aéroports de Lyon à un consortium contrôlé par Vinci Airports, l’État revient sur la plateforme de Saint-Exupéry. À proximité des pistes, sur un terrain de 15 000 mètres carrés, il fait construire, depuis août dernier, un nouveau Centre de rétention administrative (CRA), lieu de détention d’étrangers en situation irrégulière, en attente d’expulsion. Ironie de la privatisation de « Saint-Ex’ », l’État s’acquittera, auprès de la filiale de Vinci, d’un loyer de

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Alexis Dumont