Tout schuss ! D’après nos informations, Anticor a porté plainte pour « détournement de fonds publics », « prise illégale d’intérêts » et « délit de favoritisme » auprès du procureur de la République de Chambéry. En cause : l’attribution du salon international Grand Ski dans la cité des ducs de Savoie et en particulier l’organisation des six éditions de 2015 à 2020. Entre ces deux dates, Xavier Dullin, conseiller régional de la majorité Wauquiez jusqu’à juin dernier, officiait comme président du Grand Chambéry alors même qu’il dirigeait la société prestataire de l’événement. Dans le viseur également de l’association de lutte contre la corruption : Christian Mantéi, président d’Atout France, l’office de tourisme français qui organise le salon chaque année.        

Anticor a déposé sa plainte en juillet 2020, dans la foulée des révélations de Mediacités sur l’incroyable situation de conflit d’intérêts de Xavier Dullin. Dans une enquête publiée le 9 juin 2020, nous vous avions raconté dans le détail comment l’ancien élu de Chambéry jouait sur les deux tableaux. Côté pile, le président de la communauté d’agglomération sélectionnée par Atout France pour accueillir le grand raout des professionnels du ski. Côté face, le directeur général délégué de l’agence Théra Conseil, une filiale de l’Institut Mérieux basée à Tassin-la-Demi-Lune, à qui Atout France sous-traite l’organisation du salon Grand Ski. Lors du dernier appel d’offres portant sur trois éditions, le marché remporté par l’entreprise de Xavier Dullin s’élevait à 1,9 million d’euros.

Plus d’un an après le dépôt de plainte, difficile de savoir ce que compte faire la justice sur le dossier. « C’est en cours, pas de commentaire », nous a répondu, laconique, Pierre-Yves Michau, le procureur de la République de Chambéry. Contacté par Mediacités, Xavier Dullin n’a pas répondu à nos messages [lire l’encadré En coulisses].  De son côté, Atout France se borne à nous déclarer que « les conditions dans lesquelles sont attribuées les marchés de nos événements, dont Grand Ski, sont strictement encadrées par la loi ».

« Se retrouver sur les bancs de l’opposition, je n’en ai pas la volonté, ni l’humilité »

Depuis nos premières révélations, les choses ont bien changé pour Xavier Dullin. Perdant malheureux aux élections municipales de 2020 à Chambéry (il était colistier du maire LR sortant Michel Dantin, battu par le socialiste Thierry Repentin), il a cédé la présidence du Grand Chambéry à l’un de ses proches, Philippe Gamen, maire de Le Noyer, un village des Bauges de 200 habitants. Trois mois plus tard, l’ancien président s’est même retiré de la vie politique locale en démissionnant de son mandat de conseiller municipal. « Se retrouver sur les bancs de l’opposition comme simple conseiller, quand on a piloté l’agglomération, je n’en ai pas la volonté, ni l’humilité », a-t-il justifié, en octobre 2020, dans les colonnes du Dauphiné Libéré.

D’autres choses n’ont en revanche pas changé : Xavier Dullin est toujours directeur de Théra Conseil. Le salon Grand Ski, rebaptisé « Destination Montagnes », a prolongé son bail à Chambéry pour trois nouvelles éditions, jusqu'en 2023. Et c’est, sans surprise, l’agence Théra qui en assurera l’organisation pour le compte d’Atout France.

Cinq ans d’emprisonnement et 500 000 euros d’amende

Dans la plainte d’Anticor, que Mediacités a consultée, l’association s’étonne que Xavier Dullin apparaisse « à tous les étages de l’opération ». De fait, en plus de ses casquettes citées plus haut, l’ancien patron du Grand Chambéry était vice-président chargé de la montagne d’Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme, le comité régional du tourisme, partenaire de l’évènement. Notre homme officiait aussi en tant que vice-président du Cluster Montagne, une structure qui réunit collectivités et entreprises de la filière, aussi partenaire du salon.

Outre cette omniprésence, les décisions de l’ancien élu liées à Grand Ski interrogent Anticor. En 2017, alors président du Grand Chambéry, Xavier Dullin a fait voter par le conseil d’agglomération le financement de la rénovation du parc des expositions où se déroule le salon d’affaires. La facture des travaux s’élevait à 12,9 millions d’euros.

GrandSki
Une précédente édition du salon Grand Ski. Photo : site Destination Montagnes/Atout France.

Lors de la sélection de la ville hôte, Atout France justifiait à l’époque le choix de Chambéry pour accueillir Grand Ski par les « véritables atouts » de ce programme d’investissement. En clair, le chantier initié par le président Dullin a permis de convaincre Atout France, client de la société Théra Conseil du même Xavier Dullin. Ces agissements ont convaincu Anticor de porter plainte pour « prise illégale d’intérêts », un délit passible d’une peine maximale de cinq ans d’emprisonnement et de 500 000 euros d’amende.

« La curiosité des chiffres »

Si l’affluence de Grand Ski stagne d'une année sur l'autre autour de 1100 personnes, le chiffre d’affaires de Théra Conseil, lui, explose. Un an après l’arrivée de Xavier Dullin à la présidence du Grand Chambéry, il est passé de 2,5 millions d’euros (chiffre 2015) à 5,8 millions d’euros en 2018. Sur la même période, le résultat net passe de 5 700 euros à 110 000 euros. Une progression à mettre sur le compte notamment des marchés obtenus auprès d’Atout France. En plus de Grand Ski, l’agence événementielle a été choisie pour l’organisation du salon « Rendez-vous en France », qui a eu lieu à Nantes, à Paris ou encore à Marseille.

« La part prépondérante “d’Atout France” dans le chiffre d'affaires de la société Théra Conseil interrogent », souligne Anticor dans sa plainte, qui nuance : « Cependant, l'association n'ayant pas de moyens d'investigation, elle ne peut établir que la curiosité des chiffres. » Chez Atout France, on assure que le choix de Théra Conseil comme de Chambéry s’est fait « conformément à la procédure ». L’ensemble des éléments ont en tout cas poussé les militants anti-corruption à également porter plainte pour « détournement de fonds publics ». Un délit passible d’une peine maximale de dix ans d'emprisonnement et d’un million d’euros d'amende.

Les relations Dullin-Mantéi

Le dernier grief de la plainte d’Anticor concerne un présumé « délit de favoritisme ». En clair, l’association soupçonne Atout France d’avoir choisi l’entreprise Théra Conseil de manière partiale, au détriment des règles de la concurrence. Au cœur de ces suspicions, les relations qu’entretiennent Xavier Dullin et Christian Mantéi, l’actuel président d’Atout France.

Les deux hommes font affaire depuis les années 1990, comme l’avait confié à Mediacités l’ex-élu de Chambéry. Au cours du mandat de Xavier Dullin à la tête du conseil d’agglomération, ils ont noué des partenariats dans le secteur de la montagne, notamment via le Cluster Montagne. Leur proximité a-t-elle joué dans la décision d’attribuer pendant toutes ces années le salon Grand Ski à Chambéry ? Autrement dit, les dés étaient-ils pipés ? C’est une des questions que la justice pourrait se poser si elle s’empare de la plainte d’Anticor. Nul doute que les élus d’Annecy, de Grenoble ou de Nice, villes qui ont tenté en vain de décrocher le salon Grand Ski ces dernières années, écouteraient la réponse avec intérêt…

Contacté par SMS le 7 octobre 2021, relancé le 12, Xavier Dullin n’a pas répondu à notre demande d’interview. En juin 2020, pour la préparation de notre premier article, il nous avait lancé, bravache : « Que celui qui veut m’attaquer, m’attaque ! Je n’ai rien à me reprocher. » Atout France a répondu par mail à nos questions le 12 octobre en se contentant de répéter les mêmes arguments que ceux exposés lors de notre premier article. Quelques jours auparavant, par téléphone, le service communication s’était dit « étonné » qu’une plainte pour « favoritisme » puisse viser Christian Mantéi, le président de la structure : « Même si on le voulait [sic], on ne pourrait pas, les contrôles juridiques sont très réguliers. »

De son côté, Anticor se dit « confiante sur les chances qu'à ce dossier d'aboutir » tout en soulignant « l'impératif de présomption d'innocence dont la préservation est une composante essentielle du fonctionnement d'une société démocratique ».