Contrôles nocturnes des jeunes migrants : les méthodes indignes du prestataire du Grand Lyon

Surveillance de nuit expéditive, turnover intense parmi les travailleurs sociaux : deux ans et quelques après sa mise en place, le dispositif Terramies, financé par la Métropole et chargé de l’encadrement et de l’hébergement des mineurs étrangers non accompagnés, fonctionne en mode dégradé.

2022-03-terramies-qrcode-mineurs-non-accompagnes
Image : capture d’écran terramies.fr. Montage : Pierre Leibovici/Mediacités.

«Tu dors dans ta chambre, ils ouvrent la porte violemment, ils rentrent, ils braquent une lampe torche sur toi et si tu es bien là, ils scannent ton QR code, raconte Mohamed*, 18 ans. Ils passent toutes les nuits, même les week-ends. Ils viennent en général à 2 heures, 3 heures ou 4 heures du matin. » Mohamed a compté, jusqu'à peu, parmi les 150 jeunes migrants hébergés par Terramies, dispositif financé par

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Oriane Mollaret