Près de Lyon, 90 sans-papiers coincés dans un centre « d’urgence » depuis parfois… sept ans

Des femmes seules et des familles originaires d’Afrique ou d’Europe de l’Est attendent depuis des années une hypothétique régularisation sur un terrain vague aux lisières de Rillieux-la-Pape. L’association chargée de les accompagner, dirigée depuis peu par une ancienne adjointe de Gérard Collomb, promet du changement. Sans convaincre.

202210-Village mobile-Rillieux-4
A proximité de l’A46, près de 90 étrangers sans papiers vivent dans ce camp de mobil-homes. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Une quarantaine de baraquements, collés les uns aux autres. Sur les toits, quelques antennes de télévision et, le long du terre-plein couvert de graviers, du linge qui sèche. Bienvenue au « village mobile », aux lisères de Rillieux-la-Pape où vivent près de 90 étrangers en attente de régularisation. Ses habitants, originaire d’Europe de l’Est (d’Albanie essentiellement) ou d’Afrique subsaharienne, utilisent le mot « bungalows » pour parler de leurs hébergements. Mais leurs mobil-homes cubiques évoquent davantage les cabines d’un chantier qu’un camping au bord de la plage…

L’adjectif même de « mobile » pour désigner ce centre d’hébergement d’urgence (CHU) pourrait

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

A l’occasion de la journée de la presse indépendante, profitez de ce week-end portes ouvertes pour lire cet article et tous les autres :

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Blandine Flipo et Nicolas Barriquand