Communication et lobbying ! Voilà, en deux-mots, le résumé de la rentrée 2019 de Waldemar Kita. Le lundi 7 janvier, juste avant d’accorder une interview-fleuve au quotidien L’Equipe - dans laquelle il évoque un contrat signé avec la prestigieuse Banque Lazard, susceptible de rassurer de potentiels investisseurs pour son nouveau stade - le président du FC Nantes et son fils Franck, directeur général, se sont rendus au 95 avenue de France dans le XIIIe arrondissement de Paris, siège du ministère des Sports. Durant « une petite heure », ils se sont entretenus, à leur demande, avec la ministre Roxana Maracineanu et son conseiller spécial Skander Karaa, juriste de formation.

« L’objectif était que les représentants du FC Nantes puissent présenter leur projet de nouveau stade à la ministre », nous rapporte-t-on du côté gouvernemental. « Le président a surtout voulu montrer les atouts de ce projet, aussi bien pour le territoire, pour le développement de son club et plus largement pour l’accueil futur de grands évènements sportifs internationaux (GESI) ». Coupe du monde de rugby 2023 et Jeux olympiques de Paris 2024, en tête. A ce titre, la ministre a rappelé que le site de Nantes avait été choisi par le Comité d’organisation des Jeux Olympiques (COJO) pour accueillir des épreuves de football. Sur la question du stade, « elle n’a pas pris position. Ce n’était pas l’objet. Elle aura l’occasion de suivre ce dossier et d’en parler avec les partenaires du COJO ».

Les féminines à la Beaujoire ?

Sept mois après sa lettre – rendue publique par Médiacités - dans laquelle il demandait des aides publiques au Premier Ministre Edouard Philippe, Waldemar Kita n’a semble-t-il pas réédité sa requête. Le ministère des sports l’assure : « Il n’y a pas eu de demande de subvention par l’État », de la part du patron nantais. « Ni d’autre type de demandes d’ailleurs. C’est un projet 100 % privé qui s’inscrit dans une logique que nous soutenons et qui vise à faire en sorte que les clubs professionnels puissent être propriétaires de leur outil de production ».

Roxana Maracineanu a enfin interrogé le duo nantais sur la pertinence de conserver deux grands stades côte à côte. Même si cette décision relève en réalité de la Métropole, Waldemar Kita n’a pas pour autant botté en touche. Il aurait même glissé à la ministre qu’une réflexion était en cours pour y faire jouer son… équipe féminine (qui joue actuellement en Régionale 1 à La Jonelière, ndlr) ! A côté de son stade tout neuf ? Et par la grâce d’un nouveau contrat de location de La Beaujoire ? Waldemar Kita ne manque décidément pas d’idées déroutantes…