Mediacités avait révélé l’affaire en octobre 2017. Elle sera jugée plus de deux ans après. Morgan Simon, l’ex-attaché parlementaire de la députée (LREM) de Nantes, Valérie Oppelt, comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Nantes le 22 janvier prochain. A l'issue de l'enquête préliminaire ouverte par le procureur de la République de Nantes, suite à la plainte déposée contre lui par une autre attachée parlementaire LREM, il sera jugé pour « atteintes sexuelles ». Les qualificatifs de « harcèlement » et « d'agression sexuelle » n'auraient pas été retenus.

Les faits remontent au 1er décembre 2016, en marge d’une réunion organisée par les Jeunes avec Macron (JAM) à Nantes. A l’époque, les deux protagonistes ne sont pas encore attachés parlementaires, mais de simples militants En Marche, engagés dans la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron. Ce soir là, Morgan Simon aurait soulevé la jupe de la plaignante et lui aurait caressé les seins. Comme elle l’avait raconté à Mediacités, la victime présumée n’avait pu franchir le pas du dépôt de plainte que dix mois plus tard.

"L'homme à la casquette" nie les faits

Il faut dire qu’entre temps, Morgan Simon avait fait parler de lui, en apparaissant casquette sur le crâne derrière le couple présidentiel, au Louvre, le soir de la victoire d’Emmanuel Macron. « L’homme à la casquette », comme il fut alors surnommé, était considéré comme une pièce maîtresse du mouvement En Marche en Loire-Atlantique.

Suite à la plainte et à nos révélations, la députée nantaise Valérie Oppelt avait adressé à Morgan Simon, devenu son attaché parlementaire, une lettre de rupture de contrat de travail. Il a ensuite été entendu par la police en septembre 2018. Depuis, il n’apparaissait plus dans les réunions d’En Marche 44.

A l’annonce de ce procès à venir, Morgan Simon, qui conteste les faits depuis l'origine, confie à Mediacités être « serein» et satisfait de « se défendre après bientôt deux ans de procédure ». Il dit aussi « être impatient d’apporter de nouvelles preuves qui sont arrivées avec les changements à la tête de LREM 44, et des langues qui se sont déliées ». La victime présumée, quant à elle, n’a pas souhaité réagir.

>>> Lire notre précédent article :

https://www.mediacites.fr/nantes/enquete-nantes/2017/10/25/un-attache-parlementaire-lrem-accuse-dagression-sexuelle/

Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).