La lettre anti-migrants de deux organisations patronales, dévoilée il y a une semaine par Mediacités, fait réagir des associations de soutien aux étrangers, ainsi qu'Europe Ecologie - Les Verts. Dans ce courrier envoyé au président du Conseil départemental de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet, la présidente du GNI, Catherine Quérard et le président de la CPME 44, Jean-Luc Cadio, dressent un parallèle entre l’insécurité dans le centre-ville de Nantes et la présence de migrants. Ils vont même jusqu’à demander au Département de transmettre à la police ou à la justice des informations sur les étrangers ayant fait l’objet d’un examen médical pour prouver leur majorité.

Inacceptable pour L’Autre Cantine, cette « cuisine militante des solidarités » qui depuis de longs mois prépare et offre sept jours sur sept des repas aux exilés nantais. Sur sa page Facebook, elle se dit choquée par « le lien direct entre criminalité et immigration » établi par les deux responsables de syndicats patronaux. « Cette paraphrase du FN est choquante à plus d'un titre et notamment car elle accuse les migrants mineurs, reconnus ou non, d'être responsables de l'insécurité et d'utiliser leur minorité comme stratagème pour éviter toute condamnation. ». Le communiqué poursuit sur « la demande au Conseil Départemental de fournir à la Police les identités des mineur.e.s isolé.e.s non pris.e.s en charge par l'Aide Sociale à l'Enfance, comme s'il existait une corrélation entre ce statut de minorité contestée et la délinquance ! Le bouc-émissaire est tout désigné par M. Cadio, sans autre forme de procès ! »

L’Autre Cantine n’hésite pas à pointer du doigt en particulier l’un des signataires de la missive : Jean-Luc Cadio, « ce soutien de Johanna Rolland qui a piloté des débats dans le cadre de la pré-campagne électorale, au sein du Labo258. Il affirme lui-même conseiller la Maire sur des sujets économiques... » En guise de conclusion, l’Autre Cantine, qui rassemble sur Facebook 11 000 abonnés, appelle Johanna Rolland, a réagir à cette lettre. Elle annonce enfin réfléchir à une action en justice « pour faire condamner cet amalgame ».

Un courrier diffamatoire, pour Les Verts

Même dénonciation de la part de l’association humanitaire Médecins du Monde qui, dans un communiqué, évoque également un « amalgame intolérable entre insécurité et situations de migration ». L’antenne nantaise de l’ONG, qui accompagne plus de 300 migrants mineurs, rappelle que «les personnes migrantes, exilées, notamment les mineurs non accompagnés, sont des personnes en situation de précarité, fragiles et vulnérables qui nécessitent aide, accueil digne et accompagnement. » Le délégué régional de Médecins du Monde Pays de la Loire, le docteur Jean-Louis Grenier conclut : « Médecins du monde s’insurge contre la stigmatisation de ces personnes et l’amalgame que font ces deux syndicats au regard d’une insécurité ressentie. »

Enfin, dernière réaction en date à la lettre dévoilée par Mediacités, celle d’Europe Ecologie les Verts à Nantes. « Cette mise en cause des exilé.e.s mineur.e.s ou jeunes majeur.e.s par M. Cadio et Mme Quérard est diffamatoire pour les exilé.e.s, écrivent Les Verts dans un communiqué signé par quatre représentants du parti, tous présents sur la liste menée par Julie Laernoës aux élections municipales. Tous deux poussent la honte jusqu’à demander au président du Département de faire de la délation concernant des jeunes qui n’auraient pas obtenu la reconnaissance de leur minorité. Cette lettre illustre tristement l'état d'esprit de certains sur les questions de sécurité dans le centre-ville. » EEVL renvoie également les deux signataires à leurs responsabilités : « les jeunes étranger.e.s qui arrivent à Nantes après avoir fui leur pays d'origine cherchent d'abord à se construire un avenir et une autonomie de vie, avec une formation ou un travail, et aspirent à une vie normale ici. Ils participent à l'activité économique nantaise et les professionnels adhérents à ces syndicats patronaux sont bien heureux de les trouver pour des emplois où ils ont de grosses difficultés à recruter ».

Réponse_lettre_MCadio_MmeQuérard

Alors que les dispositifs d’intégration professionnelle des jeunes migrants se développent sur l’agglomération nantaise, les Verts nantais proposent au GNI et à la CPME de faire de même : « Mme Quérard, M. Cadio, plutôt que de stigmatiser ces jeunes exilés, encouragez vos entreprises à les prendre en apprentissage et travaillez avec les associations qui les accompagnent. Ils participent déjà au renforcement de votre tissu économique et n’aspirent qu’à prendre leur part dans votre développement. »

>>> Lire ou relire notre précédent article :

https://www.mediacites.fr/enquete/nantes/2020/02/13/insecurite-au-centre-ville-de-nantes-deux-associations-de-commercants-accusent-les-migrants/

Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).