A l’aéroport Nantes-Atlantique, l’aéroclub fait partie du paysage depuis la construction de l’infrastructure dans les années 1920. Mais pour combien de temps ? Jusque-là, les aviateurs du dimanche bénéficiaient d’un usage gratuit des lieux, via une convention signée avec la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Nantes-Saint-Nazaire. En 2010, Vinci Airports, filiale du géant du BTP, récupère la gestion de la plateforme, en même temps que le projet de construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes, abandonné depuis. Et pendant sept ans, rien ne change…

A compter de janvier 2018, Aéroports du Grand Ouest (AGO), la société exploitante de Nantes-Atlantique, réclame tout à trac un loyer annuel de 100 000 euros. « Il est clair que l'aéroclub ne peut pas payer, commente le député LREM de Haute-Garonne Pierre Cabaré, co-président du groupe d'étude sur le secteur aéronautique et spatial à l'Assemblée nationale, qui tente de jouer les intermédiaires entre Vinci et l’association. Mais je suis sûr que Vinci est prêt à discuter. » Voire… En off, une autre source bien informée assure qu’AGO – qui n’a pas souhaité répondre à nos questions – n'a aucune intention de négocier.

Le cas nantais n’est pas isolé. Comme l’a découvert Mediacités, dans d’autres aéroports, Vinci fait aussi passer à la caisse les petits aéroclubs. C’est le cas à Chambéry ou encore à Clermont-Ferrand. Et, à chaque fois, la note est salée, le concessionnaire n’hésitant jamais à rentabiliser au maximum les infrastructures qu’il exploite [(re)lire nos enquêtes « 

Il vous reste 75% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Isabelle Jarjaille
Journaliste indépendante​ depuis 2011​, j'enquête sur la gestion des services publics par le privé et son impact sur les finances publiques.​ ​Mon livre enquête "Services publics délégués au privé, à qui profite le deal ?" est sorti le 27 mars 2018​. ​Je suis également en charge du cours Techniques d'enquête en licence Info Com à l'IUT de Lannion et je porte un projet d'éducation aux médias dans deux lycées agricoles. Je suis membre du bureau du Club de la presse de Bretagne, pour promouvoir les médias et ceux qui les font au quotidien : les journalistes, notamment les pigistes.