Grands projets : le mandat pour rien de la MEL

L'analyse scrupuleuse des comptes de la Métropole européenne de Lille montre un sous-investissement inquiétant... malgré une tentative grossière de maquillage des chiffres. Retour sur les raisons d’un échec politique majeur.

Seance_MEL
Séance du conseil métropolitain de la MEL, le 15 juin 2018. Capture d’écran France 3

C’est un indicateur qui n’intéresse d’habitude que les spécialistes des finances publiques. Il signe pourtant un échec politique flagrant de la Métropole européenne de Lille. Les investissements - autrement dit, les sommes consacrées à ses grands équipements - ont chuté de 9 % sous la mandature actuelle par rapport à la précédente. Et ce alors que la MEL compte 5 communes de plus, davantage d’habitants et que les dépenses de fonctionnement ont, elles, augmenté de 6 %. Les élus évoqueront-ils ce très mauvais chiffre quand ils voteront, la semaine prochaine, le dernier compte administratif de leur mandat ?

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le
Temps de lecture : 8 minutes

Par Pierre Januel