C’est un indicateur qui n’intéresse d’habitude que les spécialistes des finances publiques. Il signe pourtant un échec politique flagrant de la Métropole européenne de Lille. Les investissements - autrement dit, les sommes consacrées à ses grands équipements - ont chuté de 9 % sous la mandature actuelle par rapport à la précédente. Et ce alors que la MEL compte 5 communes de plus, davantage d’habitants et que les dépenses de fonctionnement ont, elles, augmenté de 6 %. Les élus évoqueront-ils ce très mauvais chiffre quand ils voteront, la semaine prochaine, le dernier compte administratif de leur mandat ?

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h