La séquence a duré 2 minutes et 16 secondes, montre en main. Dans ce chrono de record du monde, le conseil d'agglomération de Lens-Liévin a délégué la gestion de son système d'assainissement à « Veolia Eau » le 17 décembre dernier. Pas une seule question, ce qui a étonné jusqu'au vice-président chargé de présenter la délibération, « gros morceau de la soirée ». Pas d'objections ; les élus RN et PCF de l'assemblée se cantonnant dans une abstention aux considérants assez flous.

Les conseillers avaient pourtant matière à interpeller l'exécutif présidé par le maire (PS) de Lens, Sylvain Robert. Nulle part dans le texte adopté, le montant de la délégation du service public (DSP) de l'assainissement n'est indiqué ! Mediacités a dû relancer plusieurs fois l'intercommunalité pour apprendre que Veolia s'est engagée à assurer la prestation, sur sept ans, pour 76,4 millions d’euros. Or, ce montant est nettement supérieur à celui soumis par Suez, concurrente de Veolia dans cet appel d'offres. La candidate malheureuse a refusé toute demande d'interview mais, selon nos informations, son offre s'élevait à quelque 70 millions d’euros. Ainsi l'agglomération s'est privée d'un gain de six millions d'euros.
Le « devis » le plus cher
Sollicités par Mediacités, le vice-président de l'établissement intercommunal, le directeur du service concerné et Sébastien Casiri, le directeur de cabinet du président, ont produit de longs argumentaires pour justifier ce choix plutôt surprenant. Desquels il ressort que Veolia, qui était déjà exploitant du service de l'assainissement depuis 2008, a baissé son prix à l'occasion de ce renouvellement de concession . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement