Finances : et si Roubaix avait passé le pire ?

Les marges de manoeuvre budgétaires s’améliorent : la dette de la commune est désormais sous contrôle. Au sein de la population, la pauvreté persiste, mais quelques signes positifs sont perceptibles.

Roubaix_Rathaus_1-ConvertImage
En 2020, la capacité d’autofinancement de Roubaix est à son meilleur niveau depuis quinze ans au moins, à 263 euros par an et par habitant, soit 25,6 millions d’euros au total. Photo : CC BY-SA Zairon

Ses déboires en correctionnelle liés à des fraudes présumées autour de ses comptes de campagne ne le laissent pas forcément deviner, mais Guillaume Delbar n’est pas un mauvais gestionnaire. À l’issue de son premier mandat (2014-2020), il laisse la ville de Roubaix légèrement moins endettée qu’au moment de sa prise de fonction : 105 millions d’euros contre 109 millions, six ans plus tôt. Plus important sans doute, en 2020, la capacité d’autofinancement de Roubaix est à son meilleur niveau depuis quinze ans au moins, à 263 euros par an et par habitant, soit 25,6 millions d’euros au total. C’est une donnée importante, car cette capacité d’autofinancement correspond à la marge de manoeuvre que garde de la commune, une fois que toutes les dépenses obligatoires ont été payées.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Erwan Seznec