Percée du RN, résistance d’Ensemble, petite victoire de la Nupes… Ce qu’il faut retenir des législatives dans le Nord

Le second tour des législatives dans le Nord confirme une recomposition politique profonde, une fragmentation du paysage et une volatilité croissante des votes sur fond d'abstention massive et inquiétante. Dans la métropole lilloise, cinq nouveaux visages vont faire leur entrée à l'Assemblée nationale.

2022-06-2nd-tour-législatives-Lille-min
Dans la 1ere circonscription du Nord, les électeurs ont plébiscité largement Adrien Quatennens (Nupes-LFI) qui a recueilli 65,24 % des voix face à la macroniste Vanessa Duhamel (Ensemble), mais l'abstention est en hausse par rapport au premier tour : 56,13 % des inscrits sur les listes ne se sont pas rendus aux urnes. Photo : Marion Rivet / Mediacités

Le RN, grand gagnant du second tour des législatives

C’est le grand enseignement des législatives 2022 : si le RN perce dans la France entière, c’est particulièrement le cas dans le Nord. Le département compte désormais six élus RN au lieu d’un seul – le sortant Sébastien Chenu, confortablement réélu sur la 19e circonscription (Denain) avec 57,1 % de voix. Le Nord possède à présent autant de députés frontistes que le Pas‐de‐Calais, qui passe pour sa part de 4 à 6 élus RN. Marine Le Pen, qui l’a emporté haut la main à Hénin‐Beaumont (61,03 %), se réjouissait à l’annonce des résultats d’avoir réussi ses trois objectifs : « Faire d’Emmanuel Macron un président minoritaire ; poursuivre la recomposition politique ; constituer un groupe parlementaire fort face aux déconstructeurs d’en haut (le parti présidentiel) et d’en bas (la Nupes) ».

Une analyse plus poussée des résultats montre que le RN progresse partout. Pour la première fois, par exemple, le parti d’extrême droite place un élu dans la métropole de Lille (Victor Catteau sur la 5e circonscription – Haubourdin, Seclin, les Weppes). Un territoire qui faisait figure jusqu’alors de citadelle inexpugnable. Le RN ravit d’un cheveu la 16e circonscription (Sin‐le‐Noble, Lewarde…), bastion communiste depuis 1988, en supplantant le député Alain Bruneel de 123 voix ; il gagne la 15e circonscription (Flandre) en propulsant à l’Assemblée nationale Pierrick Berteloot (54,1 %), un néophyte de 23 ans dont c’était la première candidature ; les candidats RN terrassent les deux jeunes députés macronistes Anne‐Laure Cattelot (33 ans) et Dimitri Houbron (31 ans) sur la 12e (Avesnes‐sur‐Helpe) et 17e circonscription (Douai).

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Favorite

Par Marion Rivet et Jacques Trentesaux