[Actualisation, jeudi 18 avril, 11h45] Ouverture de négociations après un revers judiciaire pour Pizzorno

Le tribunal d'instance de Lyon a rendu jeudi matin une ordonnance de référé déboutant le groupe Pizzorno de l'ensemble de ses demandes. La société de collecte des ordures ménagères avait assigné jeudi dix éboueurs grévistes devant le tribunal de Lyon, pour demander l'évacuation du piquet de grève installé depuis le 2 avril devant le siège de Vénissieux. « Le tribunal a estimé que les agissements des grévistes ne constituaient pas un trouble manifestement illicite, et que Pizzorno ne démontrait pas l'existence d'un abus du droit de grève », résume Lucie Davy, l'avocate des grévistes. 

Selon Frédéric Leschiera, responsable syndical Solidaires-Rhône, des négociations sont prévues jeudi à 13h entre les délégués SUD de Pizzorno et Frédéric Devalle, directeur général délégué du groupe, venu à Lyon pour l'occasion. « Ils pensaient arriver en position de force, avec une décision du tribunal nous forçant à lever le piquet de grève, mais c'est l'inverse qui s'est produit », s'est-il réjouit.

Mercredi soir, la Métropole de Lyon avait annoncé que Pizzorno s'était engagé

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 900 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !