Quand la Région devient un vivier à colistiers. Pour tenter de conquérir la ville de Lyon, Etienne Blanc a largement mis à profit son statut de bras droit de Laurent Wauquiez à la région Auvergne-Rhône-Alpes pour constituer ses listes. Tour d’horizon.

Dans le 2e arrondissement de Lyon, Florence Verney-Carron, la vice-présidente de la Région aux affaires culturelles et au numérique, a été placée en deuxième position sur la liste des Républicains. Contrairement à Étienne Blanc, qui devra quitter l’exécutif régional en cas de succès, l’héritière de la famille du plus ancien fabricant d’armes de chasse français pourra cumuler ses fonctions actuelles avec un mandat de conseillère d’arrondissement, si elle n’intègre pas d’exécutif municipal.  

Photo de famille

Dans le quartier d’Ainay, tenu depuis 2001 par le centre droit de Denis Broliquier – qui a préféré s’allier à la liste 100% citoyens plutôt qu’à celle d’Étienne Blanc – la liste est menée par un des benjamins de la troupe LR, Pierre Oliver. Invisible en apparence, la proximité du candidat avec l’exécutif régional est d’ordre plus personnel, puisque celui-ci est le compagnon de la directrice de cabinet de Laurent Wauquiez, comme le notait déjà Lyon Mag

Le reste de sa liste reste tout aussi familial. Maryll Guilloteau, la fille du président du conseil départemental du Rhône [lire son portrait ici] figure à la quatrième place. Déjà élue dans le 2e arrondissement, elle est également salariée de la région depuis 2016 en tant que « chargée de mission au sein du service relations aux élus et aux territoires » aux côtés d'Ange Sitbon l’une des pierres angulaires du système de Laurent Wauquiez [lire notre article].

Les petites mains lancées dans le grand bain

Mais les municipales sont aussi l’occasion de lancer les jeunes pousses. Toujours dans le 2e arrondissement, la liste compte ainsi un ex-président de la section lyonnaise de l’UNI, le syndicat universitaire de droite. Encore étudiant à l’EM Lyon, où Laurent Wauquiez a donné des cours, Alexis Camus a été engagé comme « conseiller technique » du cabinet du président de la Région en décembre dernier, et se trouve en quinzième position sur la liste de l’arrondissement.

Autre figure locale de l’UNI, Igor Manfredi figure en bonne place sur la liste LR du 5e arrondissement de Lyon. Depuis quatre ans, il est aussi employé par la Région en tant que « chargé de mission économique », et s’occupe notamment de « relation public/privé », de la « supervision des dossiers économiques » ou de « l’organisation de l’agenda de la vice-présidente à l’économie ». 

Délégué régional des Jeunes Républicains, Antoine Hénaff a également obtenu son ticket. Il est troisième sur la liste dans le 8e arrondissement. Engagé à la Région depuis septembre 2018 comme « chargé de mission », il travaille auprès de Stéphanie Pernod-Beaudon, la vice-présidente en charge de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Proche d’Étienne Blanc - il fut quelques mois son collaborateur lorsqu’il était député – ce jeune originaire de Divonnes-les-Bains confiait à Mediacités suivre son mentor « depuis le collège ».

Les pros de la com’ à la Croix-Rousse

La collectivité de Laurent Wauquiez sert aussi de réservoir de compétences au camp d’Etienne Blanc. Présentée comme caution centriste, la conseillère régionale Anne Pellet a été suspendue du MoDem après sa décision de prendre la tête de liste du candidat LR dans le 4e arrondissement. Pour tenter de conquérir l’électorat de la Croix-Rousse, elle s’est entourée de plusieurs de professionnels de la communication très proches de la Région. 

En deuxième position dans le même arrondissement, Eric Limoncini est le directeur de l’entreprise « De comm & d’esprit ».  Le chef de projet de l’agence, Yannis Ait Addi, est lui aussi sur la liste, en huitième position.

Capture
Lancement du Léman Express organisé pour la Région par De Comm' et d’esprit en décembre 2019. Capture d’écran du compte Facebook de la société.

Si les deux compères ne sont pas engagés dans les cabinets de la Région, ils en sont en revanche des prestataires : leur entreprise est d'ailleurs particulièrement choyée par la collectivité. Derniers exemples en date : elle a été chargée de réaliser l’animation pour le lancement du Léman Express en décembre ou de préparer le stand de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour le salon de l’agriculture à Paris.

Valérie Maître Latour, onzième sur la liste, a également fait ses armes dans la communication, en travaillant pendant six ans pour l’agence « Communiquez », dont la directrice générale n’était autre que… Florence Verney-Carron. La boucle est bouclée. 

Sollicité par Mediacités, Etienne Blanc n'avait pas donné suite à nos demandes à l'heure de notre publication.