Quand les transports nantais recrutent dans le métro parisien

Pour attirer les conducteurs de bus et de tram qui lui manquent, Nantes fait de la pub jusque dans les couloirs… du métro de la capitale. L’objectif : surfer sur l’image dynamique de la ville pour séduire les salariés de la RATP et pallier la pénurie de main d’œuvre à laquelle fait face la Semitan.

Semitan ratp
Une affiche de recrutement de la Semitan dans un couloir du métro parisien. / DR

Olivier le Grontec, le nouveau directeur général des transports de l’agglomération nantaise, l’a promis lors de ses vœux à l’entreprise, le 30 janvier : pour la Semitan (ou TAN), 2019 sera l’année du passage à 2 000 salariés. Comme on en comptait 1 960 au 31 décembre dernier, le pas peut sembler assez simple à franchir. En réalité, il représente un sacré défi pour la société d'économie mixte en charge des trams et des bus de Nantes.

Un signe peut mettre la puce à l’oreille. Récemment, les voyageurs arpentant les couloirs du métro parisien à la station Montparnasse pouvaient tomber nez à nez avec des publicités un peu particulières : un « tunnel » de cinq panneaux d’affichage vantant le bonheur d’une reconversion comme conducteur de bus et de tramway à Nantes. « Prenez un temps d’avance » ; « Respirez la bonne humeur ! » ; Redémarrez en confiance ! » ; « Faîtes le plein d’énergie ! » ; « Choisissez

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Hubert Heulot