Une première période pour lancer la campagne et travailler les automatismes, une seconde pour faire une revue d’effectif. Les quelque 500 supporters qui assistaient au premier meeting de Laurence Garnier, hier soir, ont eu droit à un spectacle en deux volets, autour d’une candidate Les Républicains plutôt assurée, pour sa deuxième participation à la compétition.
LE TERRAIN
Etait-ce une manière de rappeler à Johanna Rolland, son adversaire numéro 1, la déconfiture du projet YelloPark ? Toujours est-il que c’est dans la salle Nantes Erdre, à deux pas de ce stade de La Beaujoire qui aurait pu disparaître pour laisser place à une nouvelle enceinte, que Laurence Garnier avait choisi de donner le coup d’envoi officiel de sa campagne. Au bord du terrain, les affiches « Laurence Garnier, mieux vivre à Nantes » décorent sobrement les murs d’une salle en configuration classique : rangées de sièges alignés face à la scène. A l’entrée, les ultras de la candidate LR recrutent des volontaires pour tenir les bureaux de vote ou faire du porte à porte. Sans grand succès apparemment, si l’on en croit les pages d’inscription restées vierges, pour le porte à porte du moins, à l’issue de la soirée.
L’AMBIANCE EN TRIBUNES
Pour cette première rencontre, les supporters se sont déplacés en nombre. 500 spectateurs selon les journalistes présents (700 à 800 selon les organisateurs les plus exaltés) chauffent l’ambiance. Malgré une moyenne d’âge assez élevée et des looks plutôt BCBG, applaudissements nourris et standing-ovations se succèdent. « Les catho des beaux quartiers sont de sortie » nous glisse un participant. Certes. Mais dans un coin de la salle, on remarque également une …

Il vous reste 79% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).