Ce n’est pas encore un raz de marée, mais c’est tout de même une sacrée vague qui a déferlée dimanche 12 avril sur la Loire-Atlantique. A l’issue du premier tour des élections législatives, les candidats de la Nupes arrivent en tête – et parfois très largement – dans huit des dix circonscriptions du département. Et peuvent raisonnablement espérer emporter plusieurs d’entre elles à l’issue du second tour de scrutin, le dimanche 19 juin prochain. C’est le cas notamment à Nantes et dans sa périphérie immédiate, où dans le sillage des excellents scores réalisés par Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle (33%, soit dix points de plus qu’au niveau national), les représentants de l’alliance des partis de gauche engrangent plus de 40% des voix dans les 2e (Andy Kerbrat – 46,62% des suffrages), 3e (Ségolène Amiot – 42,87%) et 4e (Julie Laernoes – 42,82%) circonscriptions, devançant à chaque fois la sortante LREM d'au moins douze points.
La Nupes en tête dans huit circonscriptions sur dix

Un gouffre qui, sans préjuger du résultat définitif de ces élections dimanche prochain, illustre bien la claque reçue par la majorité présidentielle, hier, dans le département. Il y a cinq ans à la même heure, la carte électorale se teignait entièrement en orange. Un quinquennat plus tard, le rouge y domine très nettement. Seules la 5e circonscription (Carquefou, Nord-sur-Erdre - Nantes Est), tenue par l’ancienne secrétaire d’État Sarah El Haïry, et la 10e (Vertou – Vignoble), fief de Sophie Errante, surnagent. Et encore : si la première ne perd qu’un peu plus de 2000 voix par rapport . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois