"On fait de plus en plus le travail de la police nationale. On les remplace de partout ! » Policière municipale à Lyon depuis une vingtaine d’année, Edith Kinhouande ne cache pas une certaine lassitude. Au cours de sa carrière, cette agente de terrain et déléguée CGT affirme avoir observé un lent rapprochement de ses missions, centrées auparavant sur la proximité, le dialogue avec les habitants et le maillage du territoire. « Aujourd’hui, on va de plus en plus vers des interventions “coups de poing”, comme la police nationale, mais sans le statut ni la reconnaissance. Notre travail a beaucoup perdu de son sens », regrette-t-elle.

Cet aspect de la proposition de loi sécurité globale, votée en première lecture par l’Assemblée nationale mardi, est quelque peu passée inaperçu, occulté par les critiques à l’encontre de l’article 24 sur la diffusion des images des forces de l’ordre. L’un des objectifs premier du texte était pourtant de renforcer le « continuum de sécurité », c’est-à-dire la coopération entre les forces de l’ordre nationales (policiers et gendarmes), les agents municipaux et les services de sécurités privés (vigiles…).
Nouvelles compétences
Concrètement, son article 1er permettra aux polices municipales comptant plus de 20 agents de bénéficier de nouvelles prérogatives « à titre expérimental » et ce pour une durée de trois ans. Les agents pourront constater de nouvelles infractions ne nécessitant pas d’acte d’enquête : occupation de halls d’immeubles, usage de stupéfiants, vente à la sauvette, conduite sans permis, vandalisme… Les policiers municipaux pourront aussi saisir certains objets utilisés pour commettre des délits ou immobiliser et mettre en fourrière un véhicule lors d’infractions au code de la route. Des compétences de police judiciaire dont ils ne bénéficiaient pas jusqu’alors.

Dans un rapport de 2018, les députés Jean-Michel Fauvergue et Alice Thourot, qui portent la proposition de loi, prévoyaient d’autres mesures pour « conforter les polices municipales en tant que troisième force de sécurité du pays », comme la création d’une école nationale pour former les agents municipaux ou l’instauration d’un armement obligatoire. Il était aussi prévu de donner aux policiers municipaux un accès aux fichiers des personnes recherchées ainsi qu'à celui des véhicules signalés. Autant de points finalement absents du texte final. Mais les nouvelles compétences accordées aux « municipaux » n'en restent pas moins significatives.
Colère syndicale
Ces dernières semaines, les syndicats des agents municipaux soufflent le chaud et le froid sur le texte de loi. S’ils se réjouissent pour la plupart des nouvelles prérogatives données aux policiers, ils déplorent un manque de concertation de la part du gouvernement, et surtout l’absence de revalorisation de leur rémunération. « Un policier municipal gagne environ 600 euros de moins qu’un gardien de la paix, alors qu’on arrive souvent en premier sur les interventions, fustige Patrick Lefèvre, secrétaire général FO-PM jusqu’en septembre dernier. Sur le . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).