Rugby : le train de la coupe du monde roule‐t‐il pour Bernard Laporte ?

Le comité d’organisation de la Coupe du monde de rugby 2023 a décidé de déployer un train événementiel dans les villes hôtes de la compétition trois ans avant celle-ci... mais quelques semaines avant l'élection à la présidence de la Fédération française de Rugby. Une aubaine pour Bernard Laporte, qui postule à un second mandat.

Capture écran gala flotte aout 2019 laporte etc
Bernard Laporte, Jean-Pierre Farandou et Karim Zéribi, lors du Gala Flotte Auto en 2019 / © Agora Managers.

Le « We love 2023 – Tour » a été présenté, le 7 septembre à Paris, lors d’une conférence de presse du comité d’organisation à la Coupe du monde de rugby 2023 et de la SNCF, devenue sponsor officiel de la compétition. Cette opération événementielle mobilise un train long de 334 mètres, affrété par la filiale Trains Expo Événements. Le convoi débute un tour de France ce mardi depuis Gare de Lyon et fera étapes dans 23 villes jusqu’au 12 octobre, dont Lille (11–12 septembre), Lyon (18–19 septembre), Toulouse (26–27 septembre) et Nantes (9–10 octobre). « Notre client, le comité d’organisation France 2023, délocalisera l’ensemble de sa direction à bord », rapporte Julie Jaunet, directrice marketing et communication de Trains Expo Événements. Les visiteurs, eux, accéderont gratuitement à l’exposition consacrée au rugby, feront leur marché auprès d’agriculteurs locaux et s’informeront sur le sport‐santé. Sept des treize voitures sont réservées à la production de l’événement et à la vie des équipes embarquées.

France 2023, le comité organisateur assurait, le 16 juin, que les gares « sont le lieu idéal pour présenter au plus grand nombre l’impact positif qu’aura la Coupe du monde de rugby 2023 localement et commencer à engager la population en proposant à chaque étape un événement convivial, inclusif et engagé ». À ce moment‐là, d’ailleurs, le train aurait dû déjà circuler, s’il n’avait été retenu à quai par le coronavirus. Dix semaines plus tard, le voilà donc à nouveau sur les rails.

Pourquoi France …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Favorite

Par Philippe Kallenbrunn