La société du barrage de Sivens sauvée des eaux par la Région Occitanie

La Région Occitanie a injecté 2,7 millions d'euros pour renflouer la Compagnie d'aménagement des coteaux de Gascogne (CACG), dont la gestion a été pointée du doigt fin 2019 par un rapport – encore non publié - de la chambre régionale des comptes.

CACG floutée
Le siège social de la CACG à Tarbes / © DR Google

Le 6 mars 2015, la ZAD (Zone à défendre) du Testet, dans le Tarn, était évacuée par des dizaines de gendarmes mobiles, après seize mois de conflit et la mort de Rémi Fraisse, un opposant au barrage de Sivens, tué le 25 octobre 2014 par une grenade lancée par un gendarme. Le même jour, le conseil général du Tarn votait l’abandon du projet initial, et adoptait le scénario d’une retenue d’eau moins importante en amont du premier site. Un projet toujours pas bouclé à ce jour.

Au cœur de ce gâchis, on trouve la Compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne (CACG), désignée par le Département du Tarn pour réaliser les études préalable à la construction du barrage et pour en assurer ensuite la gestion. La société d'économie mixte (SEM), à l’œuvre depuis des années dans le bassin versant Adour-Garonne, cristallise les critiques sur un fonctionnement entaché de conflits d'intérêts, comme l'expliquait Le Monde en novembre 2014.

Plus récemment, un rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) d'Occitanie, daté de décembre 2019 et pas encore rendu public, dresse un bilan particulièrement salé de la gestion de la société d'économie mixte.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Philippe Gagnebet