L'air de la campagne ne réussit pas bien à la Macronie. À Rieumes, la maire LREM Jennifer Courtois-Perissé vient de se faire épingler pour sa gestion approximative de la comptabilité municipale, par la Chambre régionale des comptes d'Occitanie. Dans un rapport rendu public le 31 mars dernier, cette dernière pointe plusieurs dysfonctionnements, comme « l'insincérité des comptes », dus à une rigueur budgétaire insuffisante. En 2019, Mediacités avait déjà consacré un article à la gestion agitée de cette commune par Jennifer Courtois-Périssé, élue maire (divers-droite) en 2014, puis réélue (LREM) l'an dernier.

La commune du sud-ouest toulousain, l’une des trois seules sous étiquette LREM en Haute-Garonne, a dépassé le seuil légal des 3 500 habitants en 2016. À ce titre, elle est soumise à des exigences réglementaires plus strictes qu’auparavant. La chambre pointe dans ce cadre que « la commune ne remplit pas pleinement ses obligations en matière d’informations budgétaires et financières. Certains documents obligatoires sont incomplets, non remplis, voire non fournis ». Au-delà de la fiabilité des comptes, c’est toute la gestion de cette commune rurale qui est remise en question.
Une dette inquiétante 
La dette de Rieumes s’établit à un peu plus de 2 millions d’euros. Cette somme correspond à peu près aux produits de gestion, c’est-à-dire aux recettes engrangées par la ville. Si cet endettement n'est pas imputable à la gestion de l'actuelle maire . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement