Les carburants durables sauveront-ils l’aviation et la planète avec ?

Le secteur aéronautique présente les carburants verts comme l'alternative aux carburants classiques pour réduire l’impact environnemental des avions. Une solution difficilement réaliste à court et moyen terme.

avion ATB 2022
Des avions sur le tarmac de l’aéroport Toulouse-Blagnac. / Image : Google Earth

SAF. Trois lettres qui promettent un avenir radieux pour l’aéronautique. Lors du sommet économique organisé par Airbus en septembre dernier, l’acronyme de Sustainable aviation fuels (carburants d’aviation durable) était sur toutes les lèvres. Il en sera de même les 3 et 4 février lors d'un sommet de l'aviation organisé à Toulouse par le ministère des Transports.

Deux types de carburants sont certifiés durables par la réglementation européenne : les kérosènes de synthèse et les biocarburants. Aussi appelés e-kérosène, les premiers sont fabriqués à base de carbone et d’hydrogène. Les seconds, aussi dénommés agrocarburants avancés ou carburants de seconde génération sont fabriqués à partir de biomasse comme les résidus de bois ou de déchets agricoles, les huiles de cuisson usagées, les algues…

Aujourd’hui, les normes de sécurité limitent leur incorporation dans les mélanges consommés par les avions à 50 % maximum. Cela pourrait changer. Le 28 octobre dernier, un avion d'essai Airbus A319neo s’est envolé avec un carburant composé à 100 % de carburant durable, comme l'a rapporté Air Journal. L’expérience s’inscrit dans le cadre du programme Volcan piloté par Airbus et Safran, visant la certification d’une utilisation de 100 % de carburant durable pour la nouvelle génération d’avions commerciaux monocouloirs et d’avions d'affaires.
Une solution vraiment écolo ?
Pour connaître leur intérêt global pour l’environnement, il faudrait étudier leurs effets sur le sur l’eau, le sol . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Pauline Chambost