À Toulouse, les réquisitions d’école, un mouvement mort‐né ?

Après avoir débouché dans trois établissements sur des solutions de relogement, le mouvement de réquisitions des écoles toulousaines, lancé en novembre dernier par le collectif Jamais sans toit, semble avoir perdu son efficacité auprès des pouvoirs publics.

2024_FEVRIER_TOULOUSE_Collectif Jamais sans toit réquisitions d'écoles
A l'école Bonnefoy, le collectif Jamais sans toit dans mon école organise l'hébergement d'une famille depuis près de deux mois. /Photo Armelle Parion

Cela fait un mois et demi que Julie, 39 ans, s’implique aux côtés d’autres parents d’élèves et enseignants de l’école Bonnefoy, mais aussi de riverains, pour héberger une mère de nationalité espagnole et ses trois enfants sans logement depuis leur arrivée à Toulouse, en novembre dernier. Le plus jeune, trois ans, est scolarisé en maternelle dans l’établissement, le second au collège et le troisième est majeur.

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Temps de lecture : 6 minutes

Favorite

Par Armelle Parion