Filiale du groupe allemand Continental  AG, l'équipementier souhaite diminuer ses coûts de production, afin d’améliorer la compétitivité de l’usine de 5 à 6 %. Objectif affiché : « assurer la pérennité du site de production de Toulouse ». Pour donner des ailes à son projet de restructuration, la direction de Continental automotive l'a baptisé « Saint-Exupéry ». Pas de quoi emporter pourtant l’adhésion des salariés. FO et Solidaires Continental (Sud), les syndicats majoritaires de l'entreprise - qui fabrique des calculateurs électroniques - ont rejeté fin novembre l’accord de performance collective (APC) proposé.

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Armelle Parion
Armelle Parion collabore avec Mediacités Toulouse depuis octobre 2018, enthousiaste d’avoir trouvé un média qui fait la part belle aux enquêtes. Correspondante pendant neuf ans pour le Parisien-Aujourd’hui en France, elle a aussi travaillé pour la radio (Radio France, Radio Solidaire) ainsi que des supports économiques (Touléco) et culturels (Lettre du spectacle).