Dans un dossier où les positions des « pro » et « anti » sont traditionnellement figées, peu de monde a vu venir cette annonce. Jeudi 14 septembre, lors d'une conférence de presse à Foix, l'Association pour la sauvegarde du patrimoine d'Ariège Pyrénées (ASPAP), opposante historique à la réintroduction de l'ours dans les Pyrénées, indique s'être résolue à l'existence d'une « zone où la présence des prédateurs est tolérée ». Une décision « crève-coeur » reconnaît Philippe Lacube, son porte-parole. Concrètement, il s'agit de . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.