Wazemmes : un quartier, deux visages

Wazemmes, tout le monde connaît ! C’est la Fête de la Soupe, le carnaval, le marché, les bars festifs, la maison Folie, une centaine d’associations… Mais Wazemmes, c’est aussi une réputation qui se dégrade, des faits-divers récurrents, de la délinquance et du deal. Plongée dans ce quartier aux multiples facettes.

2016-12 mediacites waz marcelsmall
Portraits de Wazemmois – Marcel, l’une des figures du quartier – Charles Delcourt

Il faut relire ce qu’écrivait Martine Aubry en 2008 à propos de Wazemmes. Dans son programme pour l’élection municipale, la maire (PS) de Lille, alors candidate à un nouveau mandat, y célébrait « sa vitalité, sa diversité et sa mixité sociale ». « Nous tenons à garder l’identité et la convivialité de ce quartier, affirmait-elle. Tout en y améliorant les conditions de vie et de logement. » La promesse était claire : quartier populaire en voie d’embourgeoisement, Wazemmes était un terrain prometteur où les plantes des jardins partagés devaient pousser plus vite que le cannabis caché dans les recoins de la rue Jules-Guesde.

« Wazemmes, c’est notre Ménilmontant »

A première vue, tout semblait lui donner raison. L’histoire, d’abord. « Jadis, Wazemmes était un village indépendant très important, raconte Françoise Quennelle, la présidente du Club des Ambassadeurs de Wazemmes et véritable mémoire des lieux, du haut de ses 76 ans « et demi ». Les Lillois venaient y boire un verre, y écouter de la musique. C’était moins cher qu’à Lille. » En 1858, l’ancienne commune indépendante est avalée par sa voisine. Devenue un simple quartier de Lille, elle conserve néanmoins au fil des décennies son ADN, l’empreinte de son passé industriel et commerçant, son côté populaire. Au début des années 2000, cette identité singulière devient soudainement attractive. Résultat, le quartier fait un bond démographique impressionnant (près de 17 % d’habitants en plus entre 1999 et 2013), jusqu’à atteindre plus de 27 000 habitants. Et pas n’importe lesquels.

« le quartier est une sorte de laboratoire urbain, soumis à un processus d’embourgeoisement »

Les nouveaux arrivants sont des étudiants attirés par les bars du quartier, des jeunes couples de cadres à la recherche d’un secteur vivant et pas trop cher, des familles en quête d’un lieu de vie convivial. « Wazemmes, c’est notre Ménilmontant, notre Bruxelles-Midi », s’amuse Abdelhafid Hammouche. Pour le professeur de sociologie de l'Université de Lille 1, auteur d’une étude sur la gentrification de Wazemmes, c’est clair : « le quartier est une sorte de laboratoire urbain, soumis à un processus d’embourgeoisement. La part des ouvriers et des employés y a diminué, tandis que celle des cadres moyens et supérieurs a augmenté. »

Béatrice, 37 ans, a fait partie de . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Par Marie Tranchant