Somain, une gare qui déraille dangereusement

Cinq déraillements en sept mois, dont trois mettant en cause des matières dangereuses. Rien ne va plus dans cette gare de triage située entre Douai et Valenciennes. Et rien ne bouge vraiment malgré une réunion de crise. Proche des habitations, le site voit pourtant passer des convois de déchets radioactifs.

Somain_gare
Ambiance de désolation à la gare de triage de Somain. Photo : Ludovic Finez.

Gare de triage de Somain, entre Valenciennes et Douai, 21 mars dernier. Le petit matin s'éclaire des gyrophares de la police et des pompiers, dont ceux de la cellule mobile d'intervention chimique de Lille. Le plan d'urgence a été déclenché. En cause ? Le déraillement d'un wagon citerne, entaillé sur plusieurs centimètres. La SNCF met plusieurs heures avant de donner des informations capitales aux pompiers : le wagon-citerne, vide mais non dégazé, a contenu du triméthylamine, un produit « corrosif pour la peau, les yeux, les voies respiratoires ». Le train de voyageurs Douai-Valenciennes est stoppé pendant deux heures. L'enquête met en évidence une « déformation de la voie sur 9 mètres ». Un incident isolé ? Pas du tout ! C’est le cinquième déraillement au triage de Somain en sept mois, dont trois ont nécessité un plan d'urgence en raison de la présence de matières dangereuses.


Réunion de crise à la sous-préfecture
C’en est trop ! Le 28 avril, une réunion de crise est organisée à la sous-préfecture de Douai. Mediacités s'est procuré le compte-rendu – édifiant – de cette rencontre. Ce jour-là, le sous-préfet Jacques Destouches ne mâche pas ses mots. Il dénonce « le caractère inacceptable de ces déraillements, aux conséquences potentiellement lourdes . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Ludovic Finez