Roubaix : la MEL remet en cause l’avenir du parc d’activités de Blanchemaille

L’Etablissement public foncier régional exige que la Métropole européenne de Lille récupère immédiatement la gestion de l’ancien site de La Redoute qui accueille désormais près d’une trentaine d’entreprises. Mais la collectivité juge les locaux inadaptés - voire dangereux - et souhaite tout remettre à plat.

Blanchemaille3
Le parc d’activités de Blanchemaille, à Roubaix, accueille 27 entreprises sur un ancien site de La Redoute. Photo : Capture d’écran / Google Street View

C’est le dernier incubateur en pointe de la métropole lilloise. Une pépite en devenir portée par Euratechnologies et dédiée au e-commerce. Le site de Blanchemaille, qui jouxte le siège social de La Redoute, focalise toutes les attentions. Il faut dire que le symbole est grand. Songez plutôt ! Il se situe dans le quartier de l’Alma, l’un des plus sinistrés de Roubaix, et augure d’une belle reconversion économique grâce à l’émergence d’un « écosystème » prometteur labellisé « Parc d’Innovation Régional » le 6 février dernier.

Blanchemaille, c’est d’ores et déjà 180 emplois et 27 entreprises (Showroom privé, Vestiaire Collective, Dagoma…) et la perspective de 1 000 emplois dans les cinq ans. Blanchemaille, c’est un lieu très innovant, un « cluster » qui mêle start-up, activités de recherche et entreprises matures (La Redoute, OVH…). Blanchemaille, c’est 45 000 mètres carrés de plancher répartis en trois bâtiments : Fontenoy, le cœur du réacteur, Moreau occupé par Triselec et Pollet. Mais depuis la mi-février, l’inquiétude monte sur le devenir du site. Et les courriers d’alerte se multiplient, comme Mediacités est en mesure de vous le révéler.

Le 23 février dernier, l’Etablissement public foncier envoie une lettre incendiaire au président Damien Castelain (voir ci-dessous). Sa directrice générale, Loranne Bailly, demande tout d’abord au président de la MEL de « respecter le calendrier fixé d’un commun accord prévoyant une mise en œuvre effective [du . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Jacques Trentesaux