Auchan : cette liste noire qui fait craindre une casse sociale massive

Selon nos informations, une centaine de sites ont été placés sous haute surveillance en France par le géant nordiste de la grande distribution en France. Soit bien plus que les 21 magasins mis en vente. Les syndicats craignent des suppressions de postes massives. Le pacte social historique a vécu.

Auchan
Hypermarché Auchan à Neuilly-sur-Marne. Photo d’illustration : Yves Adaken

C’est la crise la plus grave jamais traversée par Auchan depuis sa naissance à Roubaix en 1961. Les uns après les autres, tous les voyants passent à l’orange. Le 14 mai, l’enseigne de grande distribution a annoncé qu’elle abandonnait l’Italie après huit années de perte (1600 magasins) et aussi le Vietnam (18 magasins). Quinze jours plus tôt, c’est la France qui était lourdement frappée avec l’annonce de la cession de 21 sites, dont 13 supermarchés, 4 Chronodrive, 1 hypermarché à Villetaneuse (Seine-Saint-Denis) et 1 spécialiste du bio à Marquette-lez-Lille (Nord). Depuis, près de 800 salariés se demandent qui voudra reprendre ces magasins sans « perspective réaliste de retour à la rentabilité ».

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Par Sylvain Marcelli