«Indépendance, découverte, respect et partage » : telles sont les convictions du Routard, affichées en lettres capitales au dos de ses guides. L’un des derniers-nés, intitulé Lille, une métropole culture et design, ne fait pas exception à la règle. Lancé en grande pompe début septembre et tiré à 20 000 exemplaires, l’ouvrage, proposé au prix de 12,90 euros s’est écoulé en quatre semaines à… 478 exemplaires.

« L’idée, avec ce genre de livres, ce n’est pas de gagner de l’argent mais de la visibilité, observe un journaliste, lui-même auteur de plusieurs guides de voyage. Ce qui est gênant, c’est que le Routard se targue d’être indépendant, alors que certains des ouvrages de la collection se résument à du publi-reportage. On fait croire au lecteur qu’il a entre les mains un Routard normal alors que ce n’en est pas vraiment un, c’est une commande passée par une collectivité. Une opération de communication qui coûte très, très cher, pour des retombées difficiles à mesurer. » Si on en croit les responsables du fameux guide, les établissements mis en avant dans ses pages verraient leur fréquentation augmenter en moyenne de 20 à 30 %. En période de crise sanitaire, c’est plutôt alléchant.

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Avatar de Clémence de Blasi
Journaliste, j'ai travaillé comme pigiste pour Mediacités depuis son lancement à Lille fin 2016 avant de devenir rédactrice en chef de l'édition lilloise. Très généraliste, j'ai quand même un intérêt particulier pour les questions sociétales, médicales et rurales. Pour me contacter : cdeblasi@mediacites.fr
Voir ma déclaration d’intérêts