À Lille, moins de quatre rues sur cent portent le nom d’une femme

Seules 3,25% des rues rendent honneur à une femme dans la ville de Lille. Si la mairie souhaite améliorer la visibilité des femmes dans l’espace public, les occasions de nommer de nouvelles rues se font rares.

Louise de bettignies image de tête-min
La place Louise de Bettignies, dans le Vieux-Lille, fait partie des 76 rues, places, avenues ou esplanades portant le nom d’une femme à Lille. Photo : Brianne Cousin

«Quand on apprend l’histoire, on se rend compte que les femmes sont sous-représentées. On ne leur a pas laissé la place. » Clémence Deguines est guide pour Une bulle sur les pavés. Trois fois par an, elle invite les habitants de Lille à sa visite fétiche, Les Audacieuses, qui met en valeur les femmes qui ont marqué la culture et l’histoire de la ville. Arrivée sur la place Louise de Bettignies, dans le Vieux-Lille, elle explique : « Seules 2% des rues de la Métropole européenne de Lille (MEL) portent le nom d’une femme. C’est un ratio qui n’est pas terrible, mais c’est le même partout en France. »

Sur les 17 865 rues répertoriées par la MEL dans l’ensemble du territoire, 385 portent exclusivement le nom d’une femme. À Lille, Hellemmes et Lomme, 76 rues, avenues, places et autres esplanades sont nommées d’après une femme célèbre, sur un total de 2 341, soit un ratio de 3,25%. Avec ce chiffre, la capitale des Flandres fait office de bon élève au sein de la MEL, dans laquelle 2% des rues portent des noms féminins. À Croix, la rue Louise Michel et l’allée Jeanne Debeir se sentent bien seules face à leurs 113 équivalents masculins. À Ronchin, cinq rues seulement portent le nom d’une femme. Même bilan à Wattignies, Lesquin ou encore Bondues.

Seulement voilà - au sein de la métropole, beaucoup de voies ne rendent finalement hommage à personne. Rue des 3 Couronnes, rue des Chats bossus, avenue du Peuple-Belge
Nos amis et voisins Belges
Si l'avenue du . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Brianne Cousin