«Quand on apprend l’histoire, on se rend compte que les femmes sont sous-représentées. On ne leur a pas laissé la place. » Clémence Deguines est guide pour Une bulle sur les pavés. Trois fois par an, elle invite les habitants de Lille à sa visite fétiche, Les Audacieuses, qui met en valeur les femmes qui ont marqué la culture et l’histoire de la ville. Arrivée sur la place Louise de Bettignies, dans le Vieux-Lille, elle explique : « Seules 2% des rues de la Métropole européenne de Lille (MEL) portent le nom d’une femme. C’est un ratio qui n’est pas terrible, mais c’est le même partout en France. »

Sur les 17 865 rues répertoriées par la MEL dans l’ensemble du territoire, 385 portent exclusivement le nom d’une femme. À Lille, Hellemmes et Lomme, 76 rues, avenues, places et autres esplanades sont nommées d’après une femme célèbre, sur un total de 2 341, soit un ratio de 3,25%. Avec ce chiffre, la capitale des Flandres fait office de bon élève au sein de la MEL, dans laquelle 2% des rues portent des noms féminins. À Croix, la rue Louise Michel et l’allée Jeanne Debeir se sentent bien seules face à leurs 113 équivalents masculins. À Ronchin, cinq rues seulement portent le nom d’une femme. Même bilan à Wattignies, Lesquin ou encore Bondues.

Seulement voilà - au sein de la métropole, beaucoup de voies ne rendent finalement hommage à personne. Rue des 3 Couronnes, rue des Chats bossus, avenue du Peuple-Belge
Nos amis et voisins Belges
Si l'avenue du . . .

En août, profitez de 15 jours pour lire cet article et tous les autres !