Au procès du maire de Roubaix, le premier adjoint Max-André Pick prend tout sur lui

Au premier jour du procès pour « escroquerie aggravée » et « abus de confiance » d’élus roubaisiens et de leurs proches, le 1er adjoint Max-André Pick a reconnu sa pleine responsabilité dans le montage frauduleux aux dons défiscalisés. Guillaume et Caroline Delbar, eux, nient tout en bloc.

Max-André Pick
Le maire de Roubaix Guillaume Delbar et son premier adjoint Max-André Pick, après la victoire aux municipales de 2014. / © Photo : Maxppp.

Ce jeudi 7 octobre au matin, de nombreux Roubaisiens se sont rendus à la 8e chambre du tribunal correctionnel de Lille pour un rendez-vous hors-norme. À la barre, seize accusés parmi lesquels le maire de Roubaix Guillaume Delbar, son premier adjoint Max-André Pick (par ailleurs 2e vice-président aux Finances du conseil départemental), l’adjointe et conseillère départementale Karima Zouggagh et plusieurs membres de leurs familles ou amis. Les chefs d’inculpation sont graves : escroquerie en bande organisée entre 2015 et 2020 et abus de confiance. Au total, les sommes litigieuses représentent un peu plus de 200 000 euros sur l’ensemble de cette période.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Jacques Trentesaux