​​À Roubaix, des habitants inquiets pour un patrimoine en déclin

Dégradation rapide d'anciennes maisons de maître, travaux sans autorisation ni respect du bâti, menace de démolition de certains quartiers sensibles... Un collectif de Roubaisiens sonne l'alarme sur la disparition de l'héritage immobilier unique de la ville aux "mille cheminées".

3-20211130-NLEE0991
La rue de l’Épeule compte plusieurs courées, habitat historique des ouvriers du textile. En arrière-plan, une usine reconvertie en bureaux à louer. Photo : Nicolas Lee/Encrage

«Vous avez vu l’état de la gare ? » Jean-François Boudailliez, ancien adjoint au maire de Roubaix chargé de la culture et du patrimoine, reçoit Mediacités dans un restaurant dont il est le gérant bénévole, à deux pas de la halte ferroviaire. Il pointe les locaux inoccupés qui flanquent le hall de la gare. « Les bâtiments historiques sont laissés à l’abandon par la Ville, regrette-t-il. La municipalité manque d’imagination pour trouver de nouvelles fonctions aux vieilles bâtisses. Et les démolitions prévues dans le cadre du prochain programme de rénovation urbaine menacent également le patrimoine. »

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Nicolas Lee