Le Losc, champion du greenwashing

Récompensés ces dernières années pour leurs engagements environnementaux, les Dogues ont discrètement abandonné leur programme visant la neutralité carbone. Un revirement symbolique d’une écologie jugée « marketing » par de nombreux observateurs du club.

Losc_Stade
Le stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d’Ascq. Photo : Creative Commons / Supporterhéninois.

Le Losc pouvait-il laisser passer une si belle occasion d’étriller le Paris-Saint-Germain ? En janvier 2021, le club de la capitale était critiqué pour son déplacement en jet privé à Lens alors qu’il existe un TGV qui relie Paris à la sous-préfecture du Pas-de-Calais en à peine plus d’une heure. Dans un tweet railleur devenu viral, les Dogues se posaient en hérauts de la défense du climat, tout en rappelant, avec le hashtag #ClimateNeutralNow, que l’un de leurs objectifs était d’atteindre la neutralité carbone. Lille : 1, PSG : 0.

Un an plus tard, le fact-checking concernant les engagements environnementaux du Losc se révèle plus amer pour le champion de France en titre. Longtemps perçu comme un modèle dans ce domaine, le club lillois a revu ses ambitions à la baisse en se retirant discrètement du fameux programme Climate Neutral Nowporté par la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (Ccnucc). « Ils ont notifié leur départ de l’initiative le 4 janvier 2022 », indique la Ccnucc à Mediacités.                               

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Guillaume Vénétitay