À Lille-Vauban, des services sociaux fermés pour cause d’agents en souffrance

L'Unité territoriale de prévention et d'action sociale (UTPAS) de Lille-Vauban reprend progressivement ce lundi l'accueil du public après trois semaines de fermeture. La plupart des membres du personnel avaient exercé leur droit de retrait total face à une situation qu'ils estimaient dangereuse pour leur santé et pour les familles qu'ils accompagnent.

2022-03-utpas-lille-vauban
L’UTPAS de Lille-Vauban, rue Desmazières, tout près du jardin Vauban. Son personnel est en charge de l’aide sociale à l’enfance et de la protection maternelle et infantile notamment. Photo : Pierre Leibovici.

Les travailleurs sociaux de l'Unité territoriale de prévention et d'action sociale (UTPAS) de Lille-Vauban, service du Département du Nord, reprennent aujourd'hui leur poste après trois semaines d'arrêt. Le public sera accueilli uniquement sur rendez-vous durant cette semaine de reprise. Le libre accès devrait être peu à peu rétabli dans le courant de semaine prochaine. Certains salariés disent revenir dans leurs bureaux avec une boule au ventre, trois semaines après avoir exercé leur droit de retrait total. Tous ont en tête l'événement tragique qui est survenu au 4e étage de l'unité. Le 25 février dernier, une réunion se tient là entre une partie du personnel, des cadres et une responsable hiérarchique dépêchée expressément. Ordre du jour : tenter de trouver une solution aux problèmes d'encadrement pointés dans l'antenne.

Les salariés dénoncent des pratiques managériales brutales, un manque de considération voire du mépris, une surcharge de travail, un dysfonctionnement général du service. Le malaise est sensible et l'échange est vif. Brusquement, une des travailleuses sociales se lève. « Je l'ai vue ouvrir la fenêtre après qu'on lui a demandé sèchement de se taire, se souvient Nadège*, assistante sociale, présente ce jour-là. Je pensais qu'elle avait besoin de prendre un peu l'air. D'un coup, son regard s'est voilé et elle ne répondait plus aux sollicitations. Il s'en est fallu de peu qu'elle ne se défenestre. » La travailleuse sociale est rattrapée de justesse par un collègue.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Nadia Daki