Plus de vingt ans que ça dure. Vingt ans à écoper l’eau, dans les garages, les maisons, les caves, et à attendre que ça recommence. Les habitants du Chemin noir, à Verlinghem, ont toujours peur que le ciel leur tombe sur la tête. Car à chaque grande pluie, la Becque du Corbeau - un ruisseau qui coule de Capinghem à Marquette - sort de son lit. « Quand elle est pleine, elle rentre chez nous », se désole Isabelle Boullet, une riveraine qui tient un élevage de chevaux et une chambre d’hôtes. « Toute la rue est concernée. Mon voisin a déjà eu 50 cm d’eau dans sa maison. Généralement, on est inondés deux ou trois jours. Après, on en a pour huit jours à évacuer la boue. »

« Ils ont construit, construit, construit et voilà le résultat »

Une boue suspecte. « Ce sont des eaux usées puisque nous n’avons pas le tout-à-l’égout », explique Isabelle Boullet. « La MEL [métropole européenne de Lille] a fait des prélèvements l’an dernier, mais je n’ai jamais eu les résultats », déplore-t-elle. Des analyses réalisées il y a quelques années auraient mis en évidence la présence de métaux lourds et de produits phytosanitaires... D’après les riverains, les débordements de la Becque ont commencé après la construction d’un supermarché, de lotissements et de la ligne de TGV. « Ils ont construit, construit, construit et voilà le résultat », accuse Isabelle Boullet.

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois