Hauts‐de‐France : gigafactories cherchent ouvriers qualifiés désespérement

La première région automobile française a engagé le virage de la décarbonation et ambitionne de devenir la première vallée européenne de la batterie électrique. Mais elle doit pour cela relever un défi majeur : former environ 15 000 personnes en cinq ans alors que « personne en France ne connaît les métiers de la voiture électrique ».

Billy Berclau
Avec ses 60 000 m2 d'atelier, la gigafactory ACC de Billy-Berclau-Douvrin est la première a avoir été inaugurée en mai dernier. Photo : ACC

En cette mi‐novembre, AESC Envision, la gigafactory sino‐japonaise de batteries installée dans le Douaisis, s’apprête à remettre leur diplôme de technicien supérieur de maintenance industrielle à trente‐huit stagiaires au terme d’une formation de neuf mois. Les bâtiments sont encore en train de sortir de terre mais les recrutements ont déjà commencé. Renault veut en effet sortir ses premières R5 électriques équipées de ces batteries en septembre 2024. Un véritable défi pour cette usine qui vise 1000 salariés à l’horizon 2030.

« Va‐t‐on y arriver ou pas ? Les craintes sont réelles », reconnaît Ayumi Kurose, le directeur du projet. En attendant, il vante les compétences acquises auprès de ses nouveaux employés. « Les technologies que vous avez apprises vous seront utiles quel que soit le secteur industriel. Vous pourrez les utiliser ailleurs : dans la pharmacie, les semi‐conducteurs ou l’hydrogène », énumère‐t‐il. « Mais on va d’abord vous garder étant donnée la pénurie de vos compétences sur les Hauts‐de‐France », ajoute‐t‐il avec humour.

Christophe Duvey, responsable des ressources humaines chez AESC, évoque pour sa part un « défi enthousiasmant » alors qu’il réalise la « plus grosse campagne de recrutement » de toute sa carrière. « On a justement commencé par recruter les postes qui posent le plus de difficulté. On a évalué nos besoins en maintenance à environ 190 postes », explique‐t‐il. La combinaison rêvée par le recruteur pour cette fonction comporte un tiers de débutants, un tiers avec cinq ans d’expérience et un tiers avec dix ans d’expérience. « C’est clairement sur ce dernier segment que nous allons avoir plus de difficultés car les gens comp …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Favorite

Par Nadia Daki