Malaise social persistant à l’opéra

Contrainte budgétaire oblige, Serge Dorny répercute en interne les baisses de subventions subies par l’opéra. De quoi aviver les aigreurs du personnel alors que le directeur est fortement critiqué pour « son autoritarisme » et ses largesses.

Lyon (69) : l’Opéra | Lyon (69): Opera [AT]
350 permanents travaillent à l’opéra de Lyon, auxquels s’ajoute une centaine d’intermittents. © G.Perret/Andia

«Les personnels vivent depuis trop longtemps avec le mépris qu’éprouve Serge Dorny pour presque tout ce qui n’est pas lui. » La charge est lourde. En 2014, les artistes, techniciens, agents d’accueil et de l’administration de l’opéra de Lyon tombent de leur chaise : leur directeur, sur le départ depuis des mois pour l’opéra de Dresde, en Allemagne, ne part finalement plus. Ils publient alors une lettre ouverte et anonyme adressée à la ministre de la Culture, au maire de Lyon et aux membres du conseil d’administration de l’opéra. Leur plume est trempée au vitriol. « Frustrations », « souffrances », « autoritarisme » : ils dénoncent « un climat social profondément détérioré » et pointent la responsabilité de leur patron « incapable d’instaurer des relations humaines saines et fructueuses ».

Trois ans plus tard, la fronde est passée. Pas le malaise. « Après l’épisode de Dresde, Serge Dorny s’est rapproché des gens, a reçu tous les employés. Mais ses efforts se sont vite arrêtés. Il est redevenu autoritaire, enfermé dans sa tour d’ivoire », déplore le contrebasson Nicolas Cardoze, délégué Snam-CGT (syndicat national des artistes musiciens). « Il règne plus qu’il ne dirige », renchérit un cadre de l’institution qui préfère taire son nom. Le directeur – qui . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Nicolas Barriquand