Lyon Sud : des étudiants biberonnés par l’industrie pharmaceutique

Les laboratoires pharmaceutiques règnent sur la faculté Lyon Sud. Cette emprise leur permet d’influencer les étudiants en médecine, futurs prescripteurs de médicaments. Les professeurs, eux, ne sont pas toujours exemplaires. Certains sont même couverts de cadeaux par les labos !

IMG_8352
Sur le campus de la faculté de médecine Lyon Sud, baptisée “Charles Mérieux”. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

L'industrie pharmaceutique n'hésite pas à s'immiscer dans les facs de médecine, avec pour objectif d’influencer les étudiants, futurs prescripteurs de médicaments. La faculté Lyon Sud offre un exemple édifiant de cette emprise des labos. Ainsi, quand l’enseignant du seul et unique cours sur l’homéopathie s’appelle Christian Boiron, patron des laboratoires Boiron, il y a de fortes chances pour que le nom de ses tubes de granulés s’inscrive pour longtemps dans la tête des futurs médecins. « En tant que fondateur de l’homéopathie, il nous donne une bonne vision d’ensemble du sujet », tente de convaincre Kaan Kilinc, président de l’Association médicale des étudiants de l’unité sud-ouest (Ameuso), élève à la faculté Lyon Sud « Charles Mérieux ». La faculté porte le nom de la grande figure lyonnaise de la médecine du XXe siècle qui fut à la tête du laboratoire fondé par son père Marcel, baptisé aujourd'hui bioMérieux. Son fils Alain, qui lui a succédé à la tête de l'Institut Mérieux, est d'ailleurs membre du conseil de la faculté, aux côtés de Christian Boiron.

Un amphi nommé « Boiron »

Un amphithéâtre est même baptisé « Boiron ». C’est simple, le directeur général de la société l’a directement financé ! « Il est venu au secours des étudiants qui avaient cours dans des algécos auparavant, palliant un réel manque de financement dans l’enseignement supérieur », le défend encore . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le
Temps de lecture : 3 minutes

Par Rozenn Le Saint