Un quasi grand chelem ! Le 18 juin 2017, douze députés du Rhône sur quatorze étaient élus sous les couleurs ou avec le soutien de La République en Marche (LREM). Un an et quelques mois plus tard, Mediacités a passé à la moulinette le début de leur mandature. Nous nous sommes demandé comment nos parlementaires locaux se positionnaient par rapport aux députés de la majorité. Votent-ils différemment de leurs collègues LREM ? Relaient-ils fidèlement la parole présidentielle et gouvernementale sur les réseaux sociaux? Sont-ils présents aux scrutins de l’Assemblée nationale ? Soutiennent-ils toutes les réformes ? En bref : à quel point les députés du Rhône sont-ils En Marche?

Pour répondre à ces questions, nous nous sommes appuyés sur les données recensées par le studio de datajournalisme et de datavisualisations Wedodata  entre juin 2017 et août 2018. Une masse de chiffres qui permet d’analyser le plus finement possible l’attitude des députés du Rhône. Par souci de comparaison, nous avons élargi notre panel aux 50 autres élus d’Auvergne-Rhône-Alpes. Nos résultats permettent d’identifier les parlementaires les plus moutonniers ou les plus frondeurs. De repérer aussi les plus ardents défenseurs de la politique de la majorité sur les réseaux sociaux, en relevant à quelle fréquence ils mentionnent le président de la République, le Premier ministre ou le gouvernement sur Twitter. Revue de détail.               

I/ Les plus moutonniers ? Anissa Khedher et Danièle Cazarian

Ci-dessous, pour chaque député du Rhône, les taux de votes en contradiction avec les consignes de son groupe (bleu : LR ; jaune : LREM ; orange : Modem).

Capture d’écran 2018-09-24 à 12.42.19

Parmi les douze départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le Rhône est le seul où on trouve des députés qui n'ont jamais voté contre les consignes du groupe. Pas une seule fois. Danièle Cazarian et Anissa Khedher suivent à la lettre les positions de la majorité.

La première, cheffe d’entreprise incarnant l’engagement de la société civile dans les rangs de LREM, brille surtout depuis un an pour ses absences chroniques dans l'hémicycle comme nous le verrons plus tard – 5,46% de taux de présence aux scrutins. Anissa Khedher s’est, elle, fait connaître pendant la campagne des élections législatives grâce, ou plutôt à cause d'un débat totalement raté sur TLM dont des extraits ont fait les choux gras des réseaux sociaux. Dans 20 Minutes, a posteriori, elle justifiera sa contre-performance en expliquant qu’elle a « fait un malaise sur le plateau ». 

Parmi les députés rhodaniens de la majorité, Jean-Louis Touraine est celui qui cultive le plus sa différence. Légèrement ceci dit : l’ancien socialiste n’a pas suivi les consignes de son groupe dans 4,08% des votes. Les élus de l’opposition LR ne s’éloignent pas beaucoup non plus de la ligne de leur parti. Patrice Verchère et Bernard Perrut votent différemment de leur groupe dans, respectivement, 6,90% et 6,02% des cas.

> Retrouvez le détail des votes solennels de chaque député dans l'encadré à la fin de l'article. 

Ailleurs dans la région, pas moins de dix députés de La République en Marche suivent presque tout le temps la ligne de la majorité (moins de 1% de votes contradictoires). A l’inverse, c’est en Savoie que se trouve l’élue de la majorité la plus critique au sein de son groupe : Typhanie Degois. Une critique nuancée avec 12,38% de votes en contradiction avec son parti. L’élue a adopté à 26 reprises une position différente de celle de la majorité sur les 210 scrutins auxquels elle a participé. Elle s’est notamment opposée sur la loi Agriculture.

Ci-dessous, pour chaque député d'Auvergne-Rhône-Alpes, les taux de vote en contradiction avec les consignes de son groupe (bleu : LR ; jaune : LREM ; orange : Modem ; rose : PS ; rouge : PC).

 

II/ Les moins présents au scrutin ? Jean-Louis Touraine et Danièle Cazarian

Sur l’ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ils se classent parmi les trois élus de la majorité les moins présents aux scrutins. Avec seulement 5,46% et 4,39% de participation, Danièle Cazarian et Jean-Louis Touraine n'ont respectivement pris part qu'à 61 et 49 votes sur les 1118 votes qui se sont tenus à l’Assemblée nationale entre juin 2017 et août 2018 ! Au fond du tableau également, Thomas Gassilloud et Yves Blein. L'un comme l'autre affiche moins de 10% de présence aux scrutins. 

Taux de présence aux scrutins par député entre juin 2017 et août 2018. Sélectionner dans le menu déroulant le département qui vous intéresse.

Parmi les bons élèves de l'hémicycle, se distingue Jean-Luc Fugit (LREM, élu dans la 11e circonscription du Rhône) avec 32,86% de taux de présence lors des votes. Il est suivi de près par ses collègues marcheurs lyonnais Anne Brugnera (28,74%) et Thomas Rudigoz (27,04%). Ces chiffres ne paraissent pas très élevés. Ils restent toutefois supérieur à la moyenne régionale de 19,72%.

bonnell depute une> A (re)lire sur Mediacités Lyon : 

"Bruno Bonnell, un député invisible (sauf à la télé)"

Ailleurs dans la région, Michel Fanget, député Modem du Puy-de-Dôme, porte le bonnet d’âne avec seulement 3,76% de taux de présence. Soit 42 scrutins. La députée la plus assidue se trouve en Isère. Il s’agit de Cendra Motin (LREM) avec 46,11% de taux de présence. Impliquée dans la réforme du prélèvement à la source, cette quadra a dernièrement fait parler d’elle en disputant à Richard Ferrand la candidature à la présidence de l’Assemblée nationale.

Evolution du taux de présence aux scrutins par député et mois par mois. Sélectionner dans le menu déroulant le département qui vous intéresse.

 

III/ Le plus fayot ? Jean-Luc Fugit

Le degré d’implication d’un député ne se mesure pas uniquement à ses votes. Il se détermine aussi par son activité sur Twitter – tous les députés LREM du Rhône gazouillent sur ce réseau social à l’exception de Jean-Louis Touraine et Danièle Cazarian. Relayer la politique du gouvernement, défendre l’action parfois contestée d’un ministre sur les réseaux sociaux, promouvoir les textes adoptés… Cette activité donne une idée (forcément partielle, tous les députés ne sont pas égaux face aux réseaux sociaux) de l’implication d’un député dans la majorité. Pour la déterminer, nous avons sélectionné les mentions d’Emmanuel Macron, d’Édouard Philippe et des autres ministres dans les tweets des élus de la région.

Mentions d'Emmanuel Macron, d'Edouard Philippe et des autres membres du gouvernement sur Twitter, par député.

Résultat, le député LREM du Rhône Jean-Luc Fugit est le plus actif sur Twitter lorsqu’il s’agit de relayer l’action du gouvernement. En une année, l’élu du sud du département a publié pas moins de 1098 tweets mentionnant les ministres du gouvernement d’Edouard Philippe… soit plus de trois tweets par jour en moyenne« C’est important de contribuer à relayer l’activité du gouvernement et du Président pour aider à faire connaître notre action et toute sa cohérence ! Je pense même que nous devons faire plus de pédagogie », revendique-t-il.

Jean-Luc Fugit se classe deuxième en nombre de mentions d’Edouard Philippe et d’Emmanuel Macron. Dans la région, seul Stéphane Trompille, élu LREM de l’Ain, le devance en la matière (713 mentions d’Emmanuel Macron et 180 d’Edouard Philippe). Ces deux députés sont définitivement les plus zélés : ils mentionnent trois fois plus souvent le président de la République, le Premier ministre et les autres membres du gouvernement dans leurs tweets que leurs collègues !

Ce qu'ont voté les députés du Rhône

Sélectionnez dans le menu déroulant le nom d'un député pour connaître ses votes solennels à l'Assemblée nationale. Le vote d'une loi dans son ensemble ne signifie pas nécessairement que l'élu ait voté toutes les dispositions et tous les amendements de la proposition ou du projet de loi. 

Pour connaître les votes de l'ensemble des députés de la région, rendez-vous sur notre article "Ce qu'on voté les députés d'Auvergne-Rhône-Alpes".