Certains divorces sont plus laborieux que d’autres. A Lyon, entre le Parti socialiste et La République en marche, la séparation ressemble à une lente déchirure. Dans la ville de Gérard Collomb, souvent présentée comme un laboratoire de la Macronie avant l’heure, on peine toujours à distinguer les socialistes des élus “marcheurs”. Les deux siègent encore dans les mêmes groupes à la Ville comme à la Métropole.

La fédération socialiste du Rhône a bien tenté de prendre ses distances, en novembre 2018, en appelant ses élus municipaux à ne pas voter pour Gérard Collomb lors de son retour à la tête de la mairie. Mais la consigne n’a pas été suivie d’effets, les cadres du groupe Socialistes et apparentés renouvelant leur confiance au baron lyonnais. Quelques semaines plus tard, à la Métropole cette fois‐ci, quatre élus socialistes ont claqué la porte du groupe majoritaire pour créer leur propre formation. Mais le gros des troupes socialistes a préféré le statu quo en attendant le grand éclaircissement des municipales de 2020. D’ici là, la maison familiale – groupes municipaux et métropolitains – reste en « garde partagée ».          

Sur le plan financier aussi, le cordon a mis du temps à être coupé entre les anciens camarades d’hier. Selon les informations de Mediacités, le Parti socialiste du Rhône a ainsi versé, le 3 juillet 2017, la coquette somme de 47 600 euros à La République en marche – Lyon Métropole, créé quelques mois plus tôt par 25 élus socialistes de Lyon. Le versement apparaît dans

🤚STOP Cet article est réservé à nos abonnés.
 Cependant…
😀 Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !