Laurent Wauquiez s’offre Bernard de la Villardière aux frais de la Région

Pour animer une demi-journée de débats sur les Chrétiens d’Orient, le président LR d’Auvergne-Rhône-Alpes a fait appel au célèbre journaliste. Pour quel montant ? La question embarrasse la collectivité comme le présentateur d’Enquête exclusive.

Bernard de la Villardiere
Bernard de La Villardière, “conférencier” au catalogue de deux agences de “placement de personnalités”, comme l’a découvert Mediacités. Image : capture France 5.

Ce lundi 8 avril, la région Auvergne-Rhône-Alpes s’est penchée sur le sort des Chrétiens d’Orient, en organisant une demi-journée de conférence au siège de la collectivité, à Lyon. Une thématique chère à son président Laurent Wauquiez, qui en avait fait le sujet d’un déplacement à Mossoul, en Irak, en juin 2018. Autour des tables rondes, un historien, un ambassadeur, des représentants d’ONG ou encore Alain Mérieux (récemment mis à l’honneur dans l’une de nos enquêtes), dont la fondation finance des programmes de reconstruction comme au Kurdistan irakien. Et au micro, pour animer tout cela : le journaliste Bernard de La Villardière.        

Dans le métier, on parle de « ménages » pour désigner ce genre de prestations. Une pratique qui met du beurre dans les épinards, mais qui pose problème sur le plan de la déontologie et de l’indépendance journalistique.

Pour combien d’euros d’argent public Laurent Wauquiez, qui a conclu les débats de lundi, s’est-il offert

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Nicolas Barriquand