En attente d’expulsion à Lyon Saint-Exupéry : « On nous traite comme des criminels ! »

Tentatives de suicide ou d’évasion, grèves de la faim… Mediacités a recueilli de nombreux témoignages d’étrangers détenus au Centre de rétention administrative de l’aéroport de Lyon. Ils dénoncent des conditions difficiles et des violences policières. La préfecture du Rhône dément.

CRA Saint-Exupery1
Les Centres de rétention administrative, lieu de grande promiscuité, sont dans une situation critique avec la pandémie en cours. Ici le CRA de Saint-Exupéry, près de Lyon. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Ils ont encore la scène en mémoire. Lundi 15 avril, « un homme a voulu se suicider avec les barbelés ! » Dounia*, enfermée au Centre de rétention administrative (CRA) de Lyon Saint-Exupéry, dit y avoir assisté. Elle n’est pas la seule. « Il y a eu une émeute dans le centre, raconte Malik*, un autre “retenu”, d’origine algérienne. Il est monté sur le toit. Il a mis du fil barbelé autour de son cou et a essayé de se pendre. »                                                

Du côté de la préfecture du Rhône, on réfute formellement : « Ce n'était pas d’un suicide, mais d’une tentative d’évasion. » Évacué par les pompiers, l’homme, « blessé léger », a été transporté à l’hôpital en fin de journée. « Il s’agissait d’une fuite par escalade, précisent les services de l’Etat. L’homme s’est retrouvé

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 13 minutes

Par Alexis Dumont