La France insoumise recadre un élu lyonnais après son voyage en Crimée

La présence fin avril d’Andréa Kotarac, conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, à un forum organisé à Yalta par la Russie aux côtés de divers représentants des droites nationalistes européennes, dont Marion Maréchal, suscite l’embarras au sein de la France insoumise.

kotarac- Novembre 2018 – TLM
Andréa Kotarac, lors d’un débat organisé sur les Gilets jaunes en novembre 2018. Capture d’écran TLM.

Son voyage n’est pas passé inaperçu. Andréa Kotarac, conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes de la France insoumise (groupe RCES - Rassemblement citoyens écologistes solidaires) s’est rendu au forum économique international de Yalta, organisé du 18 au 20 avril en Crimée. Cinq ans après l’annexion de ce territoire ukrainien par la Russie, la conférence est un rendez-vous géopolitique majeur pour Moscou, qui met ainsi en scène son influence internationale.

Avec des centaines de participants d’Europe, d’Amérique latine ou d’Afrique, le forum de Yalta prend des allures de sommet des « non-alignés » sur la politique américaine. Il rassemble surtout une partie de la droite nationaliste européenne, complaisante à l’égard de Vladimir Poutine. Côté français, l’ancienne députée FN Marion Maréchal, bien connue des Lyonnais pour y avoir installé son école (lire notre enquête à ce sujet), faisait partie des invités, tout comme Thierry Mariani (ex-Les Républicains, candidat sur la liste Rassemblement national aux élections européennes).
« Sur la nécessité de s’allier à la Russie, je suis d’accord »
Un marquage très à droite qui n’a pas empêché Andréa Kotarac de faire le déplacement. « Je ne suis pas d’accord avec Mariani et Maréchal sur de nombreux sujets. Mais sur la défense de la souveraineté nationale et sur la nécessité de s’allier à la Russie, je suis d’accord », a expliqué l’ancien candidat LFI aux législatives 2017 dans la 7e circonscription du Rhône (Bron, Rillieux, Vaulx-en-Velin…), interrogé par

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Mathieu Périsse