Pollution : centrale à béton sous surveillance près d’un captage d’eau du Grand Lyon

A Décines, dans l’est lyonnais, un conflit de voisinage met en lumière la situation d’une entreprise de béton installée en partie sur un périmètre de captage d’eau potable de l’agglomération. Les services de l’Etat s’interrogent sur une éventuelle pollution du site par la société… depuis 2010 !

IMG_0378
Depuis près de dix ans, les services de l’Etat s’interrogent sur l’impact environnemental de cette centrale à béton, à Décines, à l’Est de Lyon. Photo : Mathieu Périsse

C’est une centrale à béton installée depuis les années 1990 au nord de Décines-Charpieu, à deux pas du lac du Grand Large, au milieu des champs. Enfant, Mélanie [le prénom a été modifié] se souvient être allée jouer sur le terrain de l’entreprise qui entoure la maison familiale. Le temps de slalomer entre les morceaux de ferrailles et les tas de gravats qui parsemaient les lieux. Mais, vingt-cinq ans plus tard, la proximité avec la PME locale Béton Lyonnais n’amuse plus Mélanie. Sa famille est excédée par les nuisances causées par l’entreprise.

Il est vrai que la situation est très particulière : le terrain sur lequel a été construite sa maison a été achetée au propriétaire de l’entreprise de béton et est complètement enclavé. Un îlot d’habitation au beau milieu d’une zone industrielle. Les engins de chantier et les bâtiments de l’usine sont à quelques mètres de la barrière qui sépare les deux propriétés. Le bruit des machines qui brassent le béton à l’aurore et le va-et-vient des camions-toupies sont donc devenus familiers pour Mélanie et ses proches. Mais, depuis quelques temps, la situation a empiré. En cause : l’accroissement de l’activité de l’usine, synonyme de toujours plus de passages de camions, de bruit et l'installation d’un silo à béton en limite de propriété. 

« On est obligé de nettoyer les vitres à l’acide »

Résultat, « on bouffe de la poussière », résume la jeune femme. Presque tous les matins, quand l’entreprise lance sa production quotidienne, des résidus de ciment envahissent sa maison et son jardin, raconte-t-elle. Dans la demeure, d’apparence modeste, les Velux sont tous opaques à force de subir ces dépôts. Même chose pour les camionnettes du père de Mélanie, qui travaille sur les marchés. « On est obligé de nettoyer les vitres . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Mathieu Périsse