C’est parti pour de bon. Après une semaine riche en rebondissements sur le terrain politique lyonnais, David Kimelfeld tenait officiellement son premier meeting de campagne ce mercredi 16 octobre. Les observateurs feront remarquer qu’il n’en est pas à son coup d’essai. En avril, le président sortant de la Métropole, candidat à sa succession, réunissait ses partisans à la Comédie Odéon. Et en juin, il battait le rappel à Vaulx-en-Velin, sous le chapiteau du cirque Imagine. Il ne s’agissait donc que de séances d’échauffement… Jusqu’au coup de sifflet final le 22 mars prochain, les réunions publiques s’enchaîneront. Des passages obligés pour les candidats des élections municipales ou du scrutin métropolitain, qui mettront en scène leurs propositions et leur personnalité. Mais aussi de véritables épreuves sportives, mentales autant que physiques. C’est donc ainsi que nous avons choisi de vous faire vivre ces moments cruciaux de la campagne électorale.
LE TERRAIN
Pour ce coup d’envoi, « DK » – le staff a décidé de jouer à fond sur les initiales du candidat, du logo à l’adresse du site de campagne « www.dk2020.fr » – a choisi l’école Emile Cohl, dans le 3e. Un terrain en zone amie : la maire de cet arrondissement Catherine Panassier (MoDem) joue dans l’équipe Kimelfeld. Elle sera l’une des premières à prendre la parole pour un mot de bienvenue qui frisera le hors-jeu, ou plutôt le hors-sujet, en évoquant… son bilan. Dans le hall du célèbre établissement privé d’enseignement de dessin et d’art a été dressée une scène encadrée de deux écrans. Décor bleu et jaune. Et tireuses à bière au fond de l’espace comme dans tout bon stade qui se respecte.
L’AMBIANCE EN TRIBUNES
Ils étaient 300 à la Comédie Odéon, 600 au cirque Image. « Et on me dit que nous sommes plus de 1000 ce soir ! », s . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h