«Un acte de censure caractérisé. » La lettre adressée, cette semaine, à Florence Verney-Carron, vice-présidente de la région Auvergne-Rhône-Alpes chargée de la Culture, n’y va pas par quatre chemins. Mediacités se l’est procurée. Ses signataires, les membres du comité de lecture de la commission d’aide au documentaire – des professionnels du cinéma, producteurs et réalisateurs, au nombre de cinq – dénoncent le retrait, exigé par la Région, d’un film qui candidatait à une aide régionale. Et pas n’importe quel film ! Intitulé « De Gérard à M. Collomb : itinéraire d’un baron », ce documentaire de Sylvie Perrin et Raphaël Ruffier-Fossoul (par ailleurs rédacteur en chef du magazine Lyon Capitale) retrace les trois mandats du maire de Lyon. Il sera diffusé lundi prochain, le 18 novembre, sur France 3 Rhône-Alpes.

Le 28 octobre dernier, comme trois fois dans l’année, le comité se réunit. Son rôle : passer en revue les projets de documentaires qui espèrent obtenir un financement régional, jauger leur intérêt artistique et leur viabilité économique, et émettre pour chacun d’entre eux un avis sur l’attribution ou non de subsides de la collectivité. Charge ensuite aux élus – qui suivent toujours les préconisations des experts – de voter les crédits. Parmi les films de la liste, celui sur Gérard Collomb. Comme de coutume, les membres du comité avaient reçu à l’avance son dossier pour préparer leur réunion. Surprise, le jour J, le documentaire politique n’est plus à l’ordre du jour. Décision des services, avancent les représentants de la Région devant le comité. Motif invoqué : « Le principe de précaution » (sic . . .

Il vous reste 73% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !