Aéroport Lyon Saint‐Exupéry : malaise social derrière les beaux discours de Vinci

« Épuisement », « mal-être » : Mediacités s’est procuré les comptes-rendus des réunions mensuelles entre la direction et les élus du personnel de l’aéroport de Lyon, où un cinquième des effectifs a fondu depuis la privatisation en 2016. Ils révèlent une réalité en totale contradiction avec la communication de Vinci Airports.

dessin vinci
Le groupe Vinci a fait de Saint-Exupéry la vitrine de son savoir-faire dans le secteur de l'aéroportuaire. Mais entre la com' et la réalité... Illustration : Jean-Paul Van Der Elst.

Ce jeudi 12 décembre 2019, le délégué syndical CFDT craque. Devant les actionnaires d’Aéroports de Lyon, filiale de Vinci Airports et exploitant de la plateforme Saint‐Exupéry, réunis en conseil de surveillance, le représentant du personnel prend la parole en fin de séance pour comparer la situation de son entreprise à celle de France Telecom, à l’époque de la vague de suicides. « Ce parallèle relève d’un coup d’éclat irresponsable et non constructif », réagira, une semaine plus tard, le président du directoire Tanguy Bertolus, lors d’une réunion interne. 

Ce n’est pas tout. Lors de ce conseil de surveillance, la CFDT et l’Unsa (l’intersyndicale majoritaire) annoncent une grève à l’aéroport Saint‐Exupéry. Une première, pour des raisons internes, depuis que le géant Vinci en a pris le contrôle en 2016. Le projet de préavis, que Mediacités reproduit ci‐dessous, doit alors être déposé le 10 janvier pour un débrayage jeudi 16 janvier.

Branle‐bas de combat en haut‐lieu. La veille, le 9 janvier en soirée, Tanguy Bertolus écrit aux élus du personnel. Par mail, il s’engage sur « une diminution des non remplacements [de postes] » et demande aux syndicats de « pérenniser des relations sociales constructives et apaisées ». Suffisant pour éloigner le risque de grève. La CFDT renonce à déposer son préavis mais « garde cette possibilité pour une date ultérieure », selon le message que le syndicat transmet au Comité social et économique, consulté par Mediacités.

« Saint‐Ex » s’est évité une grève, mais pour combien de temps ? Le coup de gueule du délégué syndical et la menace d’un mouvement social interne témoignent d’un malaise social croissant au sein d’Aéroports de Lyon (ADL), à rebours du discours officiel – « Avec la privatisation, les salariés sont gagnants », vantait encore, en début de semaine dans Le Progrès, Tanguy Bertolus [lire plus bas]. Mediacités s’est procuré l’intégralité des comptes‐rendus des réunions du [annexe link=« Comit …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Favorite

Par Isabelle Jarjaille